dimanche 3 novembre 2019

REMPNOULX de Paris et de Reims

REMPNOUX (Jean), bourgeois de Paris, louait, pour 3 ans, le 12 décembre 1629, devant de Monhenault, notaire à Paris, un maison faisant le coin de la rue de l'Homme Armé et la rue des Blancs-Manteaux, à Marie Girard, veuve de Bernard de Refuges, moyennant 400 livres de loyer annuel.

REMPNOUX (Jean), procureur en parlement, fut l'époux de Marie Lefebvre, qui recevait donation de Claude Lefebvre, prévôt général de la cavalerie légère de France, demeurant à Nantes, le 16 octobre 1637, puis d'Antoinette Lefebvre, veuve de François Charpentier, sergent à verge au Châtelet de Paris, le 5 novembre 1637. Ils louaient, le 18 novembre 1645, une maison paroisse Saint-André, à Paris, à Charles de Rondelet, écuyer, sieur de Viguette, avocat en parlement. De leur union, ils eurent : 1) Étiennette, qui fut l'épouse de Henry Louis Demoussy. 2) Catherine. 3) Marie.

REMPNOUX (François), bourgeois de Paris, fut l'époux de Françoise Jacquemin et était décédé avant le 19 septembre 1703, date à laquelle on désignait le tuteur légal de sa petite-fille Marguerite Jeanne Brunel. De leur union, ils eurent : 1) Marie, qui épousa Nicolas Brunel, bourgeois de Paris. 2) Anne.

REMPNOUX (François)né vers 1680 à Reims, fait profession au noviciat de Saint-Faron le 14 décembre 1701 (Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 97, 1894-1895, p. 197).

REMPNOUX (Joseph Pierre), né vers 1682 à Reims, fut professeur à Meaux (Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 97, 1894-1895, p. 199).

§ Ier.
1. — REMPNOUX (N.), fut le père de : 1) Louis, époux de Marguerite Gaillard, dont les biens furent partagés entre ses neveux. 2) Marie, qui fut l'épouse de Pierre de la Quintinie, qui partageait, avec ses enfants et neveux, la succession de son frère Louis, le 3 juin 1650, devant Cartier, notaire à Paris. 3) Jean, qui suit.
2. — REMPNOUX (Jean), procureur et notaire à Chabanais, fut l'époux d'Anne de la Quintinie, dont il eut : 1) Pierre, marchand apothicaire, demeurant rue Saint-Antoine, paroisse Saint-Paul de Paris, qui épousa, par contrat du 2 septembre 1635, devant Nicolas Bauldry, notaire en la dite ville, Marie Pauthonnier, fille de François, greffier, et de feue Louise Legras. 2) François, qui habitait Montargis en 1650. 3) autre Pierre, qui suit. 4) Léonard, prêtre curé de la Roche en Poitou. 5) Germain, de Chabanais. 6) Marie.
3. — REMPNOUX (Pierre), conseiller en la maison de monseigneur l'archevêque de l'Aisne en 1635, habitant la ville de Reims en 1650. Il fut l'époux de Marguerite Trillet, dont il eut : 1) Thomas, qui suit.
Thomas
Rempenoux,
mr bourgs
de Reims
4. — REMPNOUX (Thomas), baptisé le 4 septembre 1639 à Saint-Michel de Reimsmarchand bourgeois à Reims, fut inscrit dans l'armorial général de France, généralité de Champagne, et portait "tiercé en bande d'or et d'azur et d'argent, l'or chargé de trois étoiles d'azur, l'azur de trois coquilles d'or et l'argent de trois trèfles de sinople". Il fut légataire de dame Perette Bourgoin, veuve de Pierre Boulain, et Nicolas Lefebvre, procureur au palais de Reims, montraient, le 18 février 1695, un contrat du 31 août 1684 par lesquels ladite Bourgoin a vendu a Guillaume Lebrun, maître chirurgien, à R. et Jeanne Michel, sa femme, une maison sise à Reims, rue de Porte Ceres, en laquelle pendait ci-devant pour enseigne le Grand I vert, rayé le sieur Claude de la Salle d'une part, et Pierre Sutaine d'autre (Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 114, 1902-1903, p. 137). Il fut l'époux de Simone Mercier, dont il eut : 1) Eustache, baptisé le 4 novembre 1664 à Saint-Michel de Reims. 2) Pierre, qui suit. 3) Pierre Joseph, baptisé le 23 août 1667 à Saint-Michel de Reims et inhumé le 21 juillet 1674 audit lieu. 4) Marie-Magdeleine, inhumée le 19 septembre 1674 à Saint-Michel de Reims. 5) peut-être Antoine, dit la Mothe, né vers 1673 à Saint-Michel de Reims, qui servi 5 ans dans le colonel général de dragons, puis 8 ans comme dragon de la compagnie mestre de camp du régiment mestre de Camp général de Dragons. Il se présenta à l'hôtel des Invalides le 23 septembre 1723, très incommodé d'une descente complète du côté droit et d'une tumeur considérable aux bourses côté gauche, ce qui le mit hors de service. Il mourut le 13 avril 1724.
5. — REMPNOUX (Pierre), baptisé le 26 avril 1666 à Saint-Michel de Reims, y épousa, le 28 avril 1692, Claude Lévesque, fille de Jacques et d'Anne Moët. De leur union, ils eurent : 1) Jacques Joseph, baptisé le 21 mars 1693 à Saint-Michel de Reims. 2) Thomas, baptisé le 4 avril 1694 à Saint-Michel de Reims et inhumé le 26 avril 1695 audit lieu. 3) Antoine, baptisé le 13 septembre 1696 à Saint-Michel de Reims, qui eut pour parrain un autre Antoine Rempnoux. 4) autre Antoine, baptisé le 27 décembre 1697 à Saint-Michel de Reims.

samedi 2 novembre 2019

BARBOT (Limalonges)

§ Ier.
1. — BARBOT (Jacques), né vers 1664, marchand à Périssac, est l'époux de Jeanne Coirat. Il est inhumé le 31 mai 1739 à Limalonges, à l'âge de 75 ans, ayant eu : 1) Marie, née vers 1694, qui est l'épouse de Fleurant Sicault. Elle est inhumée le 17 octobre 1754 à Saint-Macoux. 2) Jeanne, qui est l'épouse de François Mondion. Elle est décédé avant le 25 mai 1762, date du mariage de sa fille. 3) Françoise, qui est l'épouse de François Pingault. 4) Pierre, qui suit. 5) Magdeleine, née vers 1709, qui épouse, le 29 septembre 1733, à Limalonges, Pierre Massonnet, maréchal, fils de Pierre et de Jeanne Viges. Elle est inhumée le 18 mai 1746 audit lieu.
2. — BARBOT (Pierre), est l'époux de Jeanne Pingault, fille de François et d'Antoinette Picault, et est mort avant le 28 septembre 1721, date du mariage de sa veuve avec Jean Roy. De son union, il eut au moins : 1) Jacques, mentionné dans un accord entre son grand-père Jacques Barbot et Jean Roy, de septembre 1725, devant Berton, notaire à Limalonges, suite au décès de sa mère. Il est peut-être celui qui suit. 2) Pierre, mort jeune avant le dit partage.
3. — BARBOT (Jacques), marchand sabotier, né vers 1719, épouse, le 30 juin 1745, à Saint-Saviol, Marie Bouchet. Il meurt le 5 mai 1759 à la Mingotière de Saint-Macoux, où il est inhumé le même jour, ayant eu : 1) Jeanne, baptisé le 2 juillet 1746 à Saint-Saviol et inhumé le 20 octobre suivant audit lieu. 2) Marie, baptisée le 24 février 1749 à Saint-Saviol, qui épouse, le 30 juin 1771, à Limalonges, Pierre Brissonnet, sargetier, fils de Pierre et de Marie Rivault. Elle meurt le 1er mai 1807 audit lieu. 3) Jacques, qui suit. 4) autre Jeanne, baptisée le 4 septembre 1754 à Saint-Macoux, qui épouse, le 20 juin 1792, à Civray, Jean Magnan, fils de François et d'Anne Pautrot. Elle meurt le 31 janvier 1827 à Blanzay. 5) Jean, rapporté en § III.
4. — BARBOT (Jacques), sabotier, est baptisé le 16 février 1752 à Saint-Saviol. Il épouse, le 25 février 1783, à Saint-Macoux, Magdeleine Faidy, fille de Jean et de Jacquette Chaffault, où il meurt le 30 octobre 1828, ayant eu : 1) André, qui suit. 2) Jean, baptisé le 2 juillet 1785 à Saint-Macoux, où il est inhumé le 29 octobre suivant. 3) Pierre, rapporté en § II. 4) autre Jean, baptisé le 5 juillet 1789 à Saint-Macoux, qui y est inhumé le 20 août suivant. 5) autre Jean, baptisé le 10 janvier 1791 à Saint-Macoux. 6) François, né le 14 avril 1794 à Saint-Macoux. 7) Marie, née le 20 octobre 1795 à Saint-Macoux, qui y épouse, le 10 avril 1826, Pierre Moucherat, cultivateur, veuf de Jeanne Maumont, fils d'André et de feu Françoise Brothier. Elle meurt le 23 octobre 1857 audit lieu. 8) Jacques, né le 23 août 1799 à Saint-Macoux, qui y meurt le 6 septembre suivant.
5. — BARBOT (André), cultivateur et propriétaire, né vers 1783, épouse, le 23 septembre 1812, à Saint-Macoux, Marie Sicault, fille des feux Jacques et Marie Dubois, dont il eut : 1) Marie, née le 11 octobre 1813 à Saint-Macoux, où elle épouse, le 20 février 1843, François Brothier, cultivateur, fils de François et de Marie Bouyer. Elle y meurt le 22 février 1860. 2) André, qui suit. 3) Madeleine, née le 17 juillet 1818 à Saint-Macoux, qui épouse, le 21 avril 1846 audit lieu, Pierre Sableau, propriétaire, fils d'Antoine et de Louise Bonnin, veuf de Jeanne Pissard. Elle meurt le 25 septembre 1862 audit lieu. 4) Pierre, né le 4 décembre 1820 à Saint-Macoux, qui y meurt le 7 novembre 1821.
Veuf, il se remaria, le 4 février 1823, à Saint-Macoux, à Marie Thibault, fille de Pierre et de Magdeleine Poitevin, soeur de l'épouse de son frère Pierre, et meurt le 17 novembre 1855 audit lieu.
6. — BARBOT (André), cultivateur, né le 27 novembre 1815 à Saint-Macoux, épouse, le 24 juin 1850, à Taizé-Aizie, Jeanne Lamit, fille de Pierre, propriétaire, et de feue Françoise Bouhier. Il meurt le 22 avril 1893 à Saint-Macoux, ayant eu : 1) Marie, née le 7 juin 1851 à Saint-Macoux, qui y épouse, le 1er décembre 1875, Fleurant Sicault, cultivateur, fils de Fleurant et de Marie Biraud. Elle meurt le 1er février 1893 à Voulême. 2) André Jean, né le 25 mai 1855 à Saint-Macoux et mort le 13 juin suivant audit lieu.
§ II.
5. — BARBOT (Pierre), cultivateur, baptisé le 16 novembre 1786 à Saint-Macoux, y épouse, le 19 février 1816, Magdeleine Thibault, fille de Pierre et de Magdeleine Poitevin. Il y meurt le 13 janvier 1822, ayant eu : 1) Madeleine, née le 9 avril 1818 à Saint-Macoux, qui y épouse, le 9 février 1841, Pierre Naud, propriétaire, fils de Jean et de Jeanne Rouzeau. Elle meurt le 23 février 1856 audit lieu. 2) Pierre-André, qui suit.
6. — BARBOT (Pierre-André), cultivateur, né le 3 mai 1821 à Saint-Macoux, épouse, le 17 octobre 1853, à Saint-Saviol, Françoise Béguier, fille de Charles, propriétaire, et de Jeanne Métayer, dont il eut : 1) Pierre-André, qui suit. 2) Eugène, cultivateur, né le 19 octobre 1857 à Saint-Macoux, qui épouse, le 31 janvier 1881, à Saint-Saviol, Éléonore Ralaud, fille de Louis, tisserand, et de Marie Thimonier. De leur union, ils eurent : a) Marie-Louise Eugénie, née le 25 octobre 1881 à Saint-Macoux, qui y épouse, le 14 septembre 1904, Georges Pierre Célestin Métayer, cultivateur à la Maison Neuve de Montalembert, fils de Pierre-Henri et de Marie-Angélique Métayer. b) un garçon né sans vie le 13 mai 1885 à Saint-Macoux. 3) Célestin, instituteur, né le 1er avril 1863 à Saint-Macoux, est instituteur adjoint à Limalonges, lorsqu'il épouse, le 26 novembre 1883 à Saint-Macoux, Marie Naudet, institutrice à Montalembert, fille de Jean et de Marie Pépin. Il est ensuite lui-même instituteur à Montalembert, puis à Saint-Pardoux, et enfin à Lageon. De son union, il eut : a) Célestine Marie, née le 2 décembre 1884 à Montalembert, qui est institutrice à Saint-Macaire-en-Mauges lorsqu'elle épouse, le 28 août 1905, à Lageon, Marcel Louis Antoine Marie Guilloreau, insituteur à Montfaucon, fils de Louis, aussi instituteur, et de feue Marie Pech. Elle meurt le 20 janvier 1957 à Brioux-sur-Boutonne. b) René Nicomède, né le 19 août 1889 à Saint-Pardoux, qui épouse, le 14 avril 1914, à Lageon, Marie Delouvé. Il meurt le 28 février 1950 à Niort.
7. — BARBOT (Pierre-André), né le 25 août 1854 à Saint-Macoux, est appelé à l'activité le 21 octobre 1875 et arriva au corps du 21e régiment des dragons le lendemain, puis passa à la 2e compagnie de cavaliers de remonte le 16 mars 1878. Renvoyé dans ses foyers le 20 septembre 1879, il est cultivateur à Puy-Pourrin, lorsqu'il épouse, le 10 novembre 1879, à Saint-Macoux, Marie-Clémentine Duboux, fille de Pierre et de Marie Mérine. Le 2 mars 1880, il est nommé gendarme ç cheval à la compagnie de la Vienne, puis à celle des Deux-Sèvres le 5 mai, et est installé à la caserne de Coulonges-sur-l'Autize, où naquit : 1) Marcel-Célestin, qui suit.
Rendu veuf, il épouse, le 12 avril 1882, à Voulême, Jeanne-Adélaïde Gendreau, fille de Georges et de Madeleine Compain. Il est affecté à Sauzé-Vaussais, puis nommé brigadier à Saint-Flovier (Indre-et-Loire). Enfin, il devint garde-champêtre à Montlouis-sur-Loire. Du second lit, il eut : 2) Léa Clémence Julienne, couturière, née le 16 février 1883 à Coulonges-sur-l'Autize, qui épouse, le 6 février 1904, à Montlouis-sur-Loire, Louis Aimé Pierre Daviet, gendarme à cheval à Cormery, fils de Jean-Ernest et de Joséphine Nicolleau. 3) Edme Alexandrine Godeberte, couturière, née le 9 avril 1884 à Coulonges-sur-l'Autize, qui épouse, le 28 avril 1906, à Montlouis-sur-Loire, Auguste Fernand Badier, peintre en bâtiments, fils d'Auguste Hyppolite et de Florence Aymond. Elle y meurt le 19 août 1918. 4) Georgette Adélaïde, couturière, née le 9 décembre 1886 à Sauzé-Vaussais, qui épouse, le 4 septembre 1907, à Montlouis-sur-Loire, Marcel Nègre, gendarme à cheval, fils de Georges et de Joséphine Billault. 5) Albertine, institutrice à Montlouis, puis à Montreuil, née le 10 septembre 1889 à Sauzé-Vaussais, qui épouse, le 6 septembre 1913, à Montlouis-sur-Loire, son cousin germain Pierre Gendreau, instituteur à Latillé, fils de Georges et de Marie-Simplicie Debenest. 6) Pierre-André, instituteur à Montlouis, né le 3 avril 1893 à Saint-Flovier, qui épouse, le 1er mai 1919 à Montlouis-sur-Loire, Anna-Marie Bich, brodeuse à Tours, fille des feux Jacques et Madeleine Jung. Il meurt peu après, le 30 du même mois, audit lieu.
8. — BARBOT (Marcel-Célestin), né le 22 juin 1880 à Coulonges-sur-l'Autize, est soldat à Lunéville en 1904. Il est cantonnier à Montlouis-sur-Loire lorsqu'il y épouse, le 17 janvier 1914, Mathilde Mardelet, couturière, native du Blanc, fille de François et de Marie Gabillon. De leur union, ils eurent : 1) Marcel, né le 9 décembre 1914 à Montlouis-sur-Loire, où il meurt le 1er février 1919.
§ III.
4. — BARBOT (Jean), fils de Jacques et de Marie Bouchet (3e degré, § Ier.), baptisé le 4 mai 1758 à Saint-Macoux, est journalier à Civray lorsqu'il y épouse, le 10 nivôse de l'an VII, Marie Moreau, fille de Jean, jardinier, et de Magdeleine Tribot. Il meurt le 20 février 1829 à Saint-Pierre-d'Exideuil, ayant eu : 1) Antoine, qui suit.
5. — BARBOT (Antoine), domestique, né le 4 prairial de l'an XI à Limalonges, épouse, le 28 juin 1830, à Civray, Marie Lafond, fille de Jean, journalier, et de Marie Guidet. Il meurt le 18 juillet 1876 à Mazières-sur-Béronne (Deux-Sèvres) — source : Philippe Courtier — ayant eu : 1) Anne, née le 20 août 1831 à Civray. 2) Marie, née le 31 octobre 1833 à Civray et décédée le 30 novembre 1834 audit lieu. 3) Nanette, née le 18 février 1836 à Civray.

vendredi 1 novembre 2019

GARRET

§ Ier.
1. — GARRET (Charles), est l'époux de Marguerite Granger, fille de Jean et de Marie Rogeon, dont il a : 1) Pierre, qui suit. 2) Charles, baptisé le 16 décembre 1708 à Saint-Saviol. 3) Louis, rapport en § II. 4) Jeanne, baptisé le 6 avril 1712 à Saint-Saviol, qui épouse, le 30 mai 1734, à Civray, Louis Audebert. Elle est inhumée le 7 janvier 1792 à Civray. 5) Jean, baptisé en mars 1715 à Saint-Saviol. 6) Anne, baptisée le 25 mars 1717 à Saint-Saviol.
2. — GARRET (Pierre), né vers 1706, épouse, par contrat du 4 juin 1727, à Limalonges, Jeanne Meunier, fille de Mathieu et de Jeanne Gargault. Il est inhumé le 7 mai 1756 à Saint-Saviol, ayant eu : 1) Pierre, baptisé le 13 juillet 1728 à Voulême et inhumé le 22 septembre 1732 à Saint-Saviol. 2) Jeanne, baptisée le 9 décembre 1733 à Saint-Saviol, qui y épouse, le 12 juin 1754, Antoine Duboust, journalier, fils de Mathieu et de Marie Buis. Veuve, elle se remarie, le 21 nivôse de l'an VI (10 janvier 1798), à Saint-Macoux, à Jean Dupuis, cultivateur, veuf de Marie Clotin, fils de Jean et de Catherine Grenier. 3) Marie, baptisée le 26 janvier 1737 à Saint-Saviol, où elle épouse, le 13 juin 1763, Pierre Roy, journalier et jardinier, fils de Jean et de Marguerite Lochon. 4) Antoinette, baptisée le 12 août 1740 à Saint-Saviol, où elle est inhumée le 2 août 1743. 5) Suzanne, baptisée le 5 mai 1744 à Saint-Saviol, qui y épouse, le 25 novembre 1772, Jean Gagnadoux, veuf de Jeanne Brault. 6) Louis, qui suit.
3. — GARRET (Louis), baptisé le 22 octobre 1747 à Saint-Saviol, est sabotier quand il y épouse, le 1er juillet 1772, Jeanne Gibault, fille de Charles et de Marie Bourloton, dont il a : 1) Marie, baptisée le 9 mai 1773 à Saint-Saviol. 2) Louis, baptisé le 25 mai 1774 à Saint-Saviol, où il est inhumé le 1er septembre 1779.
Veuf, il se remarie, le 7 juin 1779, à Saint-Saviol, Marie Cottereau, fille de François et de Magdeleine Bourdin. Il est sacristin et propriétaire lorsqu'il meurt, le 8 décembre 1820, à Saint-Saviol, ayant eu de ce second lit : 3) Jean, qui suit. 4) Louis, baptisé le 28 février 1784 à Saint-Saviol. 5) André, baptisé le 1er septembre 1786 à Saint-Saviol, où il est inhumé le 3 courant. 6) Marie, baptisée le 27 mars 1789 à Saint-Saviol, qui y épouse, le 30 janvier 1827, Jean Rocher, veuf de Marie Dussouil, fils de Pierre et de Jeanne Pérault. 7) Pierre, né le 4 février 1794 à Saint-Saviol, qui épouse, le 22 octobre 1817, à Saint-Gaudent, Marie Martron, fille de Louis et de Magdeleine Magnan. Il meurt le 25 septembre 1833 à Saint-Saviol, ayant eu : a) Pierre, né le 24 novembre 1818 à Saint-Gaudent, où il meurt le 8 août 1826. b) Louis, né le 6 mars 182 à Saint-Gaudent, qui y décède le 22 novembre 1826. c) François, né le 29 mai 1826 à Saint-Gaudent et mort le 6 août suivant au même lieu. d) Marie, née le 12 décembre 1827 à Saint-Saviol, qui y épouse, le 26 avril 1869, Jean Ledoux, fermier à Aizecq, fils des feux Jean et Suzanne Mandinaud. e) Jeanne, née le 12 décembre 1827 à Saint-Saviol, où elle épouse, le 10 mai 1848, François Pierre Maisonneuve, cultivateur, fils d'André Pierre, aussi cultivateur, et de Marie Feuillet.
4. — GARRET (Jean), baptisé le 15 novembre 1780 à Saint-Saviol, cultivateur, épouse, le 20 janvier 1808, à Saint-Saviol, Louise Bourliaud, fille de Toussaint et de Louise Baudiffier, dont il a : 1) Louis, qui suit.
5. — GARRET (Louis), né né le 27 août 1809 à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui est charron lorsqu'il épouse, le 8 février 1836, à Sauzé-Vaussais, Louise Amiaux, fille de Louis, boulanger, et de Marie-Magdeleine Bonneau, dont il a : 1) une fille née sans vie le 28 septembre 1836 à Sauzé-Vaussais. 2) Aristide, charron, né le 22 novembre 1837 à Sauzé-Vaussais, où il épouse, le 22 juillet 1861, Louise Bourdin, lingère, fille de Jean, cabaretier, et de Louise Martin, dont il a : a) Marie-Louise, née le 28 juillet 1862 à Sauzé-Vaussais, qui épouse, le 17 janvier 1887 à Saint-Gaudent, Philibert Brault, maréchal, fils de feu Jacques et de Marie Colin. 3) Charles-Alfred, né le 7 décembre 1840 à Sauzé-Vaussais, qui épouse, le 6 juillet 1868, à Couhé, Anaïs Dubois, modiste, fille de Jean, coutelier, et d'Anne Vaillant. Il meurt le 29 avril 1870 à Sauzé-Vaussais, ayant eu : a) Berthe-Marie-Anaïs, née le 16 mai 1869 à Sauzé-Vaussais, qui épouse, le 15 mai 1899, à Couhé, Emmanuel Foucher, négociant, fils de Jean, rentier, et de Marie Gaschet.
§ II.

2. — GARRET (Louis), fils de Charles et de Marguerite Granger (1er degré, § Ier.), baptisé le 16 décembre 1708 à Saint-Saviol, qui épouse, le 9 février 1746, à Civray, Marie-Anne Tribot, fille de Pierre et de Marguerite Jacquaud. Il est inhumé le 11 avril 1783 à Civray, ayant eu : 1) Louis Pierre Joseph, baptisé le 12 décembre 1747 à Civray, jardinier et cultivateur, qui épouse, le 8 août 1774, à Limalonges, Anne Brousseau, fille de feu Pierre et de Françoise Surreau. Il meurt le 8 avril 1822 à Limalonges, ayant eu : a) Marie-Anne, servante, née le 5 juin 1778 à Limalonges, qui épouse, le 15 juillet 1818, à Civray, Philippe Coquillaud, domestique, fils de feu François, et de Marie Couillaud. Veuve, elle se remarie, le 4 juin 1823, à Civray, à Jean Bourliaud, cordonnier, fils de François, huilier, et de Suzanne Granier. 2) Jeanne, baptisée le 4 janvier 1750 à Civray, qui épouse, par contrat du 5 juin 1780, à Civray, et le 5 juillet suivant audit lieu, Jean Bouchet, tisserand, veuf de Jeanne Seigneurin. Elle meurt le 28 juin 1793 à Civray. 3) Marie-Thérèse, baptisée le 7 février 1752 à Civray. 4) Jeanne Magdeleine, baptisé le 29 août 1754 à Civray. 5) Marie-Louise, baptisée le 5 mars 1759 à Civray, où elle est inhumée le 22 août 1770. 6) Jeanne, baptisée le 17 novembre 1761 à Civray. 7) peut-être Pierre, qui suit.
3. — GUÉRET (Pierre), né vers 1761, épouse, le 30 janvier 1782, à Civray, Marguerite Mériguet. Il meurt le 27 brumaire de l'an VIII, à Civray, ayant eu : 1) Pierre-Simon, baptisé le 29 octobre 1782 à Civray, où il est inhumé le 29 avril 1784. 2) François, qui suit. 3) Pierre, baptisé le 18 février 1788 à Civray et inhumé le 12 août suivant. 4) Anne, née le 29 floréal de l'an IV à Civray, qui y épouse, le 6 juillet 1818, Jean, fils de père et mère inconnu. Veuve, elle se remarie, le 27 janvier 1836, à Civray, à Pierre Boisson, fils de Jean et de Marie Peret.
4. — GUÉRET (François)baptisé le 26 avril 1785 à Civray, qui est cordonnier quand il épouse, le 25 novembre 1806, audit lieu, Marie-Anne Boutelant, fille de Pierre-Antoine et de Magdeleine Boutelant, dont il a : 1) Pierre, cordonnier, né le 8 février 1810 à Civray, qui y épouse, le 13 mai 1835, Magdeleine Bourloton, couturière, fille des feux Jacques André et de Magdeleine Jacquiaud. Il meurt le 11 novembre 1889 à Civray, dont il a : a) Geneviève Célestine, née le 8 juin 1838 à Civray et décédée le 7 juillet 1840 audit lieu.

    GESTREAU

    § Ier.

    1. — GESTREAU (Jean), est l'époux de Marguerite Barbot, dont il a : 1) Louis, qui suit. 2) Jeanne, née vers 1639, qui est inhumée le 27 août 1660 à Civray. 3) Claude, sarger, baptisé le 29 juin 1643 à Civray, qui y épouse, le 19 juin 1667, Jacquette Chasselier, en présence, notamment, de Marguerite Barbot, sa mère, et de Louis Gestreau, son frère. Veuf, il se remarie, par contrat du 1er novembre 1684, à Civray, et par cérémonie du 27 dudit mois, à Jeanne Pautrot, veuve de Jean Benoist, fille de feu Jean et d'Anne Pasquet, dont il était veuf lorsqu'il épouse, le 19 août 1692, à Civray, Marie Renault, veuve de Jean Bert. Il est inhumé le 30 novembre 1705 à Civray, ayant eu : a) Pierre, du deuxième lit, baptisé le 18 juin 1686 à Civray. b) Marie, baptisée le 12 octobre 1688 à Civray, qui y épouse, le 20 juin 1707, Jean Penault, fille de Jean et de Sébastienne Bonnet. Veuve, elle se remarie, le dix octobre 1715, audit lieu, à Gabriel Chartier, fils de feu Gabriel et de Françoise Thévenet. Enfin, elle épouse, en troisièmes noces, le 2 juin 1722, à Savigné, à Antoine Bernardeau, fils d'Antoine et de feu Jeanne Dupeux. Elle est inhumé le 28 septembre 1731 à Savigné. c) Marie-Anne, du troisième lit, baptisée le 28 juillet 1693 à Civray et inhumée le 20 septembre suivant à Saint-Gaudent. 4) Isaac, rapporté en § II.

    2. — GESTREAU (Louis), né vers 1638, est l'époux de Marie Patarin. Il est inhumé le 1er décembre 1723 à Civray, à l'âge de 85 ans, ayant eu : 1) Claude, qui suit. 2) Jacques, arger, baptisé le 22 avril 1668 à Civray, qui épouse, par contrat du 13 décembre 1690, à Civray, Jeanne Mossion, fille de Louis et de Magdeleine Dubois, dont il a : a) Jean, baptisé le 6 novembre 1691 à Civray et inhumé le 23 avril 1703 audit lieu. b) François, baptisé le 18 septembre 1695 à Civray, y épouse, le 12 février 1720, Marie Levrier, dont il a : a) Guillaume, baptisé le 14 octobre 1721 à Civray. b) Olivier, baptisé le 18 octobre 1723 à Civray. c) Anne, née vers 1697, qui épouse, le 20 février 1726, à Civray, Jacques Houllier, fils de Charles et de Marie Chebassier. Elle est inhumée le 15 juin 1755 à Civray. d) André, baptisé le 15 décembre 1698 à Civray. e) Renée, baptisée le 12 octobre 1701 à Civray. 3) Louise, baptisé le 15 février 1671 à Civray. 4) Isaac, baptisé le 23 avril 1674 à Civray.

    3. — GESTREAU (Claude), baptisé le 12 avril 1665 à Civray, y épouse, par contrat du 24 octobre 1702, et par cérémonie du 23 janvier 1703, au même lieu, Louise Marie Pasquet, fille de feu Charles et de Marguerite Monjan, dont il a : 1) Catherine Louise, baptisée le 7 octobre 1703 à Civray. 2) Marie, baptisée le 24 février 1705 à Civray. 3) Louis Claude, baptisé le 2 janvier 1707 à Civray. 4) André, né vers 1712 et inhumé le 27 février 1728 à Civray.

    § II.

    2. — GESTREAU (Isaac), fils de Jean et de Marguerite Barbot (1er degré, § Ier.), baptisé le 22 juillet 1654 à Civray, qui y épouse, par contrat du 16 mai 1684, et par cérémonie du 26 juillet suivant, audit lieu, Marie Gedault. Il est inhumé le 2 juin 1694 à Civray, ayant eu : 1) François, qui suit. 2) Jacques, baptisé le 19 mars 1690 à Civray et inhumé le 16 janvier 1696 audit lieu.

    3. — GESTREAU (François), né vers 1686, qui épouse, le 24 février 1721, à Savigné, Élisabeth Pissard, fille de Pierre et de Françoise Debenest. Il est inhumé le 4 juillet 1750 à Savigné, ayant eu : 1) Pierre, qui suit.

    4. — GESTREAU (Pierre), baptisé le 1er août 1722 à Savigné, épouse, le 27 novembre 1741, à Villaret, Antoinette Ayrault, fille de Pierre et de Jeanne Pautrot, dont il a : 1) Antoinette, baptisée le 8 juillet 1743 à Savigné et inhumée le 12 février 1761 audit lieu.
    Veuf, il se remarie, le 1er mars 1745, à Civray, à Jeanne Suire, fille de Jean et d'Anne Brunelot. Il est inhumé le 23 juillet 1765 à Savigné, ayant eu : 2) Louis, baptisé le 20 mai 1746 à Savigné, qui y épouse, le 4 pluviôse de l'an XI, Anne Couturier, veuve de Pierre Bernardeau, fille de Pierre et de Marie Dorange. 3) Jean, baptisé le 22 novembre 1749 à Savigné et inhumé sans alliance le 8 mars 1771 audit lieu. 4) Pierre, qui suit. 5) Jean, baptisé le 24 mars 1756 à Savigné. 6) François, baptisé le 18 mai 1760 à Savigné, qui épouse, le 10 novembre 1784, à Villaret, Marie Vauzereau. Il est inhumé le 11 décembre 1791 à Savigné, ayant eu : a) Louise, baptisée le 4 mai 1789 à Villaret et morte le 23 février 1859 à Blanzay, qui y avait épousé, le 30 mai 1821, Louis Thibault, cultivateur, fils de Pierre et de feu Jeanne Bourdin. 7) Marie-Anne, baptisée le 26 août 1763 à Savigné, qui y épouse, le 26 novembre 1787, François Provost, fille de Louis et d'Élisabeth Boutelant.

    5. — GESTREAU (Pierre), baptisé le 15 février 1752 à Savigné, qui y épouse, le 10 novembre 1784, Marie Boutelant, fille de Pierre et de Jeanne Debenest. Il mourut le 19 thermidor de l'an IX (7 août 1801) à Savigné, ayant eu : 1) Marie, baptisée le 10 novembre 1785 à Savigné. 2) Pierre, qui suit. 3) Jeanne, baptisée le 4 octobre 1790 à Savigné. 4) autre Marie, née le 10 novembre 1793 à Savigné et morte le 3 août 1794 audit lieu. 5) François, rapporté en § III. 6) Marie-Thérèse, née le 2 prairial de l'an VII (21 mai 1799) à Savigné. Elle y épouse, le 29 avril 1822, Jean Pouret, fils de Louis et de Marie Tenaud, et y meurt le 7 juin 1834.

    6. — GÉTREAU (Pierre), baptisé le 13 août 1787 à Savigné, y épouse, le 21 février 1814, Jeanne Trasleboust, fille de Jean et de Jeanne Rogeon. Il meurt le 23 avril 1855 audit lieu, ayant eu : 1) Marie, née le 15 avril 1815 à Savigné, où elle meurt le 20 juillet 1820. 2) François, né le 15 avril 1817 à Savigné. 3) Jeanne, née le 14 janvier 1819 à Savigné. 4) Magdeleine, née le 14 janvier 1819 à Savigné et décédée le 6 janvier 1839 audit lieu, qui y avait épousé, le 24 janvier 1838, Jean Debenest, fils de Pierre et d'Antoinette Bonnin. Elle meurt le 7 janvier 1839 à Savigné. 5) Françoise, née le 29 juillet 1821 à Savigné, qui y épouse, le 12 janvier 1848, Jean Rocher, cultivateur, fils de Jean et de Jeanne Gagnaire. Elle meurt le 6 septembre 1856 à Savigné. 6) Pierre, qui suit. 7) Jean, né le 20 juillet 1826 à Savigné. 8) Jeanne, née le 29 septembre 1832 à Savigné, où elle meurt le 20 avril 1841. 9) et autre Jean, son jumeau, né le même jour audit lieu. Il meurt le 11 octobre suivant audit lieu. 10) Louis, né le 18 mars 1835 à Savigné, où il décède le 10 avril 1849.

    7. — GÉTREAU (Pierre), cultivateur, né le 15 septembre 1823 à Savigné, y épouse, le 3 octobre 1849, Marie Brouillet, fille de Jean et d'Anne Garreau. Il meurt le 12 août 1904 à Savigné, ayant eu : 1) Jean, né le 25 décembre 1850 à Savigné, où il meurt le 9 juillet 1862.
    Veuf, il se remarie, 7 novembre 1855, à Savigné, à Marie-Anne Fleuret, fille de François et de Marie-Anne Trasleboux. De son union, il a : 2) Pierre, qui suit. 3) Marie, né le 15 mai 1858 à Savigné, qui y épouse, le 27 septembre 1875, Pierre Robin, cultivateur, fils de Pierre et de Marie-Anne Cabanne. 4) Alexandrine, née le 22 janvier 1861 à Savigné, où elle épouse, le 12 janvier 1880, Jean Robin, également fils de Pierre et de Marie-Anne Cabanne. Elle meurt le 22 février 1884 à Savigné. 5) Eugénie, née le 25 mars 1866 à Savigné, où elle épouse, le 28 novembre 1883, Pierre Rogeon, fils de Jean et de Marie Pourret. 6) un enfant né sans vie le 15 novembre 1868 à Savigné.
    En troisièmes noces, il se remarie, le 4 octobre 1869, à Savigné, à Marie Robin, fille de Pierre et de Marie-Anne Cabanne.

    8. — GÉTREAU (Pierre), cultivateur, né le 30 novembre 1855 à Savigné, y épouse, le 2 juin 1880, Eugénie Tillet, fille de Jean et d'Anne Moreau. De leur union, ils ont : 1) Marie-Augustine, née le 3 avril 1881 à Savigné. 2) Louis-Marcel, né le 15 janvier 1884 à Savigné, qui épouse, le 7 octobre 1912, à Romagne, Juliette Maria Richard. Il meurt le 18 janvier 1876 à Château-Garnier, ayant eu : a) Lucienne Marcelle, née le 28 décembre 1912 à Romagne, qui épouse, le 8 septembre 1948, à Boulogne-Billancourt, Jean-Timothée Mincent. b) Paulette, né vers 1916 à Charroux. c) Guy, né vers 1924 à Château-Garnier. 3) Eugénie, née le 14 octobre 1886 à Savigné, qui épouse, le 29 janvier 1906, à Sommières-du-Clain, Pierre Pintureau. 4) Pierre-Auguste, né le 22 avril 1890 à Savigné, qui épouse, le 21 septembre 1921, à Sommières-du-Clain, Marie-Louise Poupard. Il meurt le 11 mars 1866 à Sommières-du-Clain, ayant eu : a) Marie, née vers 1924 à Sommières-du-Clain. b) Pierrette, née vers 1926 à Sommières-du-Clain. c) Claude, né vers 1928 à Sommières-du-Clain.

    § III.

    6. — GÉTREAU (François), propriétaire, fils de Pierre et de Marie Boutelant (5e degré, § II.), est né le 3 brumaire de l'an IV (18 octobre 1795) à Savigné. Il épouse, le 17 février 1819, à Savigné, Marie Foin, fille de Jean et de Magdeleine Provost. Il meurt le 8 juillet 1838 à Savigné, ayant eu : 1) Jean, qui suit.  2) Julie, née le 6 octobre 1821 à Savigné, où elle meurt le 11 mars 1828.  3) Marie, née le 9 juin 1823 à Savigné, qui épouse, le 31 janvier 1843, à Savigné, Jean Allard, domestique, fils de Jan, cultivateur, et de feu Jeanne Clerc. Elle meurt le 27 septembre 1903 à Saint-Pierre-d'Exideuil. 4) Marie-Julie, née le 23 mai 1828 à Savigné, qui épouse, le 24 janvier 1853, à Savigné, Jean Ramas, cultivateur, fils de Jean, aussi cultivateur, et de Marie Moreau. Elle meurt le 25 février 1903 à Saint-Pierre-d'Exideuil. 5) Jeanne, lingère, née le 22 janvier 1835 à Savigné, qui y épouse, le 4 juillet 1860, François Baptiste, dit "le Cadet", maréchal-ferrant, fils des feux François et Marie Marnais.

    7. — GÉTREAU (Jean), né le 9 décembre 1819 à Savigné, épouse, le 28 novembre 1855, à Savigné, Madeleine Chinier, fille de feu Louis et de Jeanne Barbarin. Il meurt le 24 janvier 1895 à Savigné, ayant eu : 1) François, décédé le 19 octobre 1857 à Saint-Pierre-d'Exideuil à l'âge de 2 mois. 2) Joséphine, née le 23 mars 1859 à Saint-Pierre-d'Exideuil. Elle a hors union : a) Marie-Alexandrine, lingère, née le 9 mai 1884 à Savigné, qui épouse, le 16 janvier 1905, à Savigné, Louis Debenest, maréchal-ferrant, fils de Louis, aussi maréchal-ferrant, et de Radégonde Cardin. Elle meurt le 3 janvier 1907 à Savigné. 3) Jeanne, domestique, née le 24 février 1861 au village de Chez Redon, à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui épouse, le 28 juin 1893, à Voulême, Jules Dussouil, cultivateur, fils de feu Jules et de Marie-Juliette Ségaud, aubergiste.

    samedi 3 février 2018

    SELDUBUISSON

    § Ier.
    1. — SELBUISSON (N. de), eut : 1) Marc, qui suit. 2) Léonard, maçon, né vers 1669, qui épousa, le 1er septembre 1692, à Charroux, Marie Gayet, fille d'Antoine et de Jeanne Denis, où il fut inhumé le 23 mars 1704, ayant eu : a) Sulpice Jacques, baptisé le 27 août 1695 à Charroux. b) Catherine, baptisée le 2 janvier 1698 à Charroux, qui eut hors union, Françoise, baptisée le 26 décembre 1722 à Charroux. Elle avait épousé, Antoine Boutet, et fut inhumée le 20 août 1748 à Charroux. c) Marguerite Catherine, baptisée le 29 juillet 1701 à Charroux, où elle fut inhumée le 5 février 1705.
    2. — SELBUISSON (Marc de), fut l'époux de Magdeleine Thorin, et fut inhumé le 19 mars 1732 à Pleuville, ayant eu : 1) Marie, baptisée le 8 septembre 1692 à Charroux, qui épousa, par contrat du 7 janvier 1720, à Champagne-Mouton, Jean Gaillard. 2) Jeanne, baptisée le 11 mars 1694 à Charroux. 3) Élie, qui suit. 4) François, baptisé le 22 février 1700 à Pleuville.
    3. — SELBUISSON (Élie de)baptisé le 25 novembre 1696 à Pleuville, qui épousa, par contrat du 4 novembre 1731, à Châtain, et le 29 janvier 1732 à Pleuville, Marie Petit. De leur union, ils eurent : 1) Jeanne, baptisée le 21 octobre 1732 à Pleuville. 2) Jean, baptisé le 6 octobre 1735 à Pleuville, qui épousa, par contrat du 4 janvier 1758, à Châtain, et le 24 dudit mois à Pleuville, Marie Rivaud. De leur union, ils eurent : a) Catherine, qui épousa, par contrat du 12 janvier 1779, à Châtain, Pierre Mautret. 3) Pierre, qui suit. 4) François, baptisé le 15 avril 1738 à Pleuville, qui épousa, par contrat du 20 janvier 1764, à Châtain, et le 7 février suivant à Pleuville, Marie Mautret. De leur union, ils eurent : a) Antoine, né le 14 avril 1772 à Pleuville, qui y épouse, le 7 janvier 1811, à Pleuville, Marie Thorin, fille de feu Maurice et de Françoise Babaud. b) François, né vers 1779, militaire en 1811 au mariage de son frère. 5) Marie, baptisée le 6 octobre 1740 à Pleuville.
    4. — SELBUISSON (Pierre de)épouse, le 24 janvier 1758, à Pleuville, Jeanne Persil. Il était mort avant le 3 juin 1766, date à laquelle sa veuve se remaria, à Pleuville, à Jean Chardat. Il est peut-être le père de : 1) Pierre, qui suit.
    5. — SEL-DUBUISSON (Pierre), sabotier au hameau de Chez Couillaud, né vers 1762 à Charroux, est dit fils de Pierre lors de son décès, survenu le 9 août 1837 à Benest. Il avait épousé Marie Pelladeau, dont il eut : 1) Pierre Auguste, qui suit. 2) Jean, charron, né le 29 germinal de l'an VIII à Châtain. 3) François, né le 24 pluviôse de l'an XII à Châtain.
    6. — SEL-DUBUISSON (Pierre-Auguste), sabotier, né le 29 fructidor de l'an IV à Châtain et décédé le 28 octobre 1850 à Benest, y avait épousé, le 16 février 1830, Marie Gaschet, fille de François, journalier, et de Marguerite Boireau, dont il eut : 1) Françoise, née le 9 décembre 1836 à Benest. 2) Marguerite, née le 1er septembre 1837 à Benest, qui y épousa, le 30 janvier 1856, Pierre Berthet, tailleur d'habits, fils de Pierre, maçon, et d'Henriette Morin. 3) François, qui suit.
    7. — SELDUBUISSON (François), boulanger, né le 4 avril 1844 à Benest, épousa, le 20 avril 1874, à Charroux, Émilie Mairat, fille de feu Fridolin et de Louise Sainturat, dont il eut : 1) Marie, née le 26 avril 1875 à Charroux, qui y épouse, le 24 février 1900, Henri Constant Martineau, coiffeur à Bressuire, fils de feu Joseph Constant et de Victoire Euphrosie Truttaud. Elle meurt le 4 décembre 1962 à Bressuire. 2) Alice, née le 2 janvier 1877 à Charroux, qui y épouse, le 28 juin 1898, Florentin Riout, employé pharmacien, fils des feux Florentin Auguste et Henriette Rousselot. Elle meurt le 3 février 1970 à Poitiers. 3) Émile Eugène, qui suit. 4) Henri, né le 1er novembre 1885 à Charroux.
    8. — SELDUBUISSON (Émile Eugène), boulanger, né le 1er septembre 1879 à Charroux, qui y épousa, le 19 janvier 1903, Clothilde Lucile Brouillet, couturière, fille des feux Ulysse Pierre et Marie-Lucile Bardot. Il est soldat de 2e classe au 109e régiment d'artillerie lourde lorsqu'il meurt des suites de blessures de guerre, le 2 mai 1916, au Bois Bourrus, à Marre (Meuse), ayant eu : 1) Henriette, née le 24 février 1905 à Charroux, est adoptée par la nation par jugement du tribunal de Civray en date du 6 décembre 1918. Elle épouse, le 10 novembre 1930, à Charroux, René Charles Auguste Pierre Robin. 2) Maurice, né le 30 août 1909 à Charroux est adopté comme sa soeur par la nation par jugement du tribunal de Civray en date du 6 décembre 1918. Il épouse, le 15 janvier 1936, à Usson-du-Poitou, Jeanne Dignon.

    vendredi 2 février 2018

    MÉTAYER de Boisrond

    § Ier.
    1. — MÉTAYER (Mathias), fut l'époux d'Anne N., qui lui donna : 1) Abel, qui suit.
    2. — MÉTAYER (Abel), sieur de Boisrond, procureur à Ruffec, fut l'époux de Marie Genottin, qui lui donna : 1) Jean, baptisé le 3 mars 1669 à Clussais-la-Pommeraie. 2) Louis, baptisé le 28 août 1670 à Londigny. 3) Anne, baptisée le 14 octobre 1674 à Melleran. 4) Catherine, baptisée le 8 mars 1676 à Melleran et inhumée le 31 dudit mois audit lieu. 5) Anne, inhumée le 16 juin 1678 à Melleran, à l'âge de 2 mois. 6) Marie, du Breuil-Goisseau, qui épousa, le 5 février 1703, à Saint-Louis de Rochefort, Jacques Pillereau, journalier, veuf en troisièmes noces d'Élisabeth Gallois.
    Veuf, il se remaria, le 22 janvier 1687, à Sommières-du-Clain, à Suzanne Agier, fille de Jean, sieur de la Saulaye, maître chirurgien, et de Marie Éclaircy. Il était mort avant le 14 janvier 1702, date à laquelle sa veuve se remariait, à Gençay, à Pierre Rousseau, ayant eu : 7) Charles, qui suit.
    3. — MÉTAYER (Charles), baptisé le 25 mars 1688 à Sommières-du-Clain, épousa, par contrat du 24 janvier 1711, à Couhé, et le 7 février suivant audit lieu, Élisabeth Biget, fille de Mathurin et d'Élisabeth Cante. De leur union, ils eurent : 1) Jeanne, baptisée le 16 novembre 1713 à Sauzé-Vaussais, qui y fut inhumée sans alliance le 22 février 1779, en présence de Pierre Métayer, son frère, et de Jean et de Pierre Charles Métayer, ses neveux. 2) Charles, qui suit. 3) Pierre, maître chirurgien et fermier du Breuil, qui épousa, le 23 mai 1741, à Sauzé-Vaussais, Marie-Anne Rebecourt, fille de Pierre et de Magdeleine Geneviève. De leur union, ils eurent : a) Pierre Charles, notaire, procureur et juge, né vers 1744, qui épousa, le 23 avril 1782, à Villefagnan, Madeleine Sylvie Couturier, fille de Jacques, bourgeois, sieur de la Salle, et d'Élisabeth Girardin. b) Jeanne Marie, baptisée le 15 janvier 1744 à Sauzé-Vaussais. c) Jean, baptisé le 21 septembre 1755 à Sauzé-Vaussais. d) Pierre, baptisé le 3 octobre 1756 à Sauzé-Vaussais.
    4. — MÉTAYER (Charles), sieur de Boisrond, épousa Anne Rebecourt, dont il eut : 1) Jeanne, qui épousa, le 29 novembre 1758, à Sauzé-Vaussais, Pierre Martin, sieur de Bessé, marchand. 2) Jean, qui suit. 3) Jacques Hilaire, négociant, né vers 1750, qui épousa, le 27 janvier 1778, à Ruffec, Rose Angélique Bouin de Beaupré, fils de François, négociant, et de Magdeleine Deléchelle.
    5. — MÉTAYER (Jean), né vers 1730, épousa, le 13 novembre 1764, à Brux, Louise Bonnin, fille de Georges et de Jeanne Pugnier, avec dispense de consanguinité du 3e degré au 4e. Il mourut le 13 octobre 1796 à Brux, dont il eut : 1) Louise Marguerite, baptisée le 7 novembre 1766 à Brux. 2) Marie, baptisée le 13 octobre 1767 à Brux. 3) Jean-Baptiste Henri, qui suit. 4) Jean-Baptiste, baptisé le 14 janvier 1770 à Brux, où il mourut le 20 décembre 1800. 5) Jean, baptisé le 26 juillet 1772 à Brux. 6) Françoise, baptisée le 10 juillet 1774 à Brux. 7) Louis, boulanger, baptisé le 18 mars 1777 à Brux, qui épousa, le 16 janvier 1809, à Blanzay, Marie Pallu, fille de Charles et de Rose Pelletier. Veuf, il se remaria, le 21 octobre 1821, à Sauzé-Vaussais, à Marie Lucquiault, fille de Pierre et de Marie Deverge. Il mourut le 24 avril 1849 à Sauzé-Vaussais, ayant eu : a) Louis, du premier lit, né le 19 mai 1810 à Sauzé-Vaussais et décédé le 29 août 1813 audit lieu. b) Marie-Anne, née le 10 avril 1812 à Sauzé-Vaussais et décédée le 13 mars 1890 à Couhé, qui avait épousé Jean-Célestin Martine. c) Marie, née le 21 septembre 1814 à Sauzé-Vaussais. d) Lucile, née le 20 octobre 1816 à Sauzé-Vaussais et décédée le 21 septembre 1819 audit lieu. e) Pierre Louis, serrurier, né le 28 avril 1819 à Sauzé-Vaussais, qui y épousa, le 24 octobre 1843, Marie Pélagie David, fille de Jean-Gabriel, cabaretier, et de Marie-Julie Valette. 8) Olivier, baptisé le 5 juin 1780 à Brux. 9) Luce, baptisée le 12 juin 1786 à Brux, où elle fut inhumée le 2 juillet suivant.
    6. — MÉTAYER (Jean-Baptiste Henri), greffier de la municipalité de Civray, baptisé le 25 septembre 1768 à Brux, épousa, le 26 brumaire de l'an III, à Civray, Marie-Magdeleine Perrin, fille de Pierre-Joseph et d'Élisabeth Oudin, dont il eut : 1) Jean Henry, né le 18 septembre 1795 à Civray. 2) Fortuné, qui suit. 3) Jean-Jacques Mandé, né le 28 juin 1799 à Civray. 4) Georgette, née le 3 février 1802 à Civray et décédée le 17 suivant audit lieu. 5) Anne Lucile, née le 5 avril 1805 à Civray.
    7. — MÉTAYER (Fortuné), praticien, né le 11 nivôse de l'an V à Civray, épousa, le 23 février 1829, à Sommières-du-Clain, Marie-Céleste Maury, fille de Louis et de Louise Pautrot. Il mourut le 29 août 1854 à Civray, ayant eu : 1) Henry Fortuné, né le 8 décembre 1829 à Civray, s'engaga volontairement au sein du 8e régiment des chasseurs, et fit les campagnes d'Afrique (1859 à 1861) et contre l'Allemagne (1870). Prisonnier de guerre à Sedan le 2 septembre 1870, il rentra le 18 août 1871, puis servit à Lyon. Il était lieutenant le 30 avril 1872, qui lui valut d'être nommé chevalier de la Légion d'Honneur, par décret du 20 novembre 1872.

    jeudi 1 février 2018

    BONNIN (Rom)

    § Ier.
    1. — BONNIN (François), procureur à Rom, fut l'époux d'Anne Élisabeth Reboux, dont il eut : 1) Pierre, qui suit. 2) Georges, rapporté en § II.
    2. — BONNIN (Pierre), procureur à Rom, né vers 1683, qui épousa, le 27 juin 1713, à Couhé, Aimée Chevalier, fille de François et de feue Magdeleine Daranlot, en présence de ses père et mère, de Georges Bonnin, son frère, et d'Isaac Marescal, son cousin issu de germain. Il fut inhumé le 13 février 1748 à Couhé, ayant eu : 1) François, baptisé le 1er novembre 1715 à Couhé. 2) Marguerite, baptisée le 27 juillet 1718 à Couhé. 3) Olivier Georges, qui suit. 4) Marie, baptisée le 3 juin 1724 à Couhé.
    3. — BONNIN (Olivier Georges), huissier royal, baptisé le 9 mars 1721 à Couhé, qui épousa, le 28 avril 1755, à Civray, Magdeleine Tendron, fille de Pierre et de Magdeleine Anchaud. Il fut inhumé le 10 mai 1774 à Couhé, ayant eu : 1) Marie-Magdeleine, baptisée le 31 janvier 1756 à Couhé et inhumée le 1er avril 1757 audit lieu. 2) Georges Antoine, baptisé le 2 mars 1757 à Couhé. 3) Charles Olivier, baptisé le 3 février 1759 à Couhé. 4) Paul, baptisé le 9 janvier 1761 à Couhé, qui y fut inhumé sous le prénom d'Hyppolite, le 28 juillet 1766, à l'âge de 6 ans. 5) autre Marie-Magdeleine, baptisée le 17 avril 1762 à Couhé et inhumée le 20 février 1765 audit lieu. 6) Jeanne Catherine, baptisée le 15 octobre 1763 à Couhé et décédée le 11 décembre 1795 audit lieu. 7) autre Marie-Magdeleine, baptisée le 29 avril 1765 à Couhé, où elle fut inhumée le 8 avril 1766. 8) Marie-Anne, baptisée le 16 avril 1766 à Couhé. 9) Jean-Pierre, baptisé le 17 février 1768 à Couhé et inhumé le 14 février 1771 audit lieu. 10) Françoise, baptisée le 27 avril 1769 à Couhé. 11) François, baptisé le 22 novembre 1772 à Couhé.
    § II.
    2. — BONNIN (Georges), fils de François et d'Anne Élisabeth Reboux (1er degré, § Ier), né vers 1688, épousa Élisabeth Millet.
    Veuf, il se remarie, le 7 janvier 1738 à Brux, à Jeanne Pugnier, veuve de François Olivier Bonnin. Il fut inhumé le 1er novembre 1758 à Rom, ayant eu du second lit : 1) Olivier, né vers 1740 et inhumé le 10 novembre 1787 à Rom. 2) Jean, qui suit. 3) Louise, qui épousa, le 13 novembre 1764, à Brux, Jean Métayer, fils de Charles, sieur de Boisrond, et d'Anne Rebecourt.
    3. — BONNIN (Jean), huissier, qui épousa, le 24 janvier 1774, à Blanzay, Catherine Radégonde Pautrot, fille de Louis René, receveur de la maison noble de Comporté, et de Marie de Besse. De leur union, ils eurent : 1) Jean Olivier François Xavier, qui suit. 2) Pierre, baptisé le 20 mars 1777 à Rom. 3) François Fridolin, baptisé le 6 mars 1782 à Rom. 4) Pierre Louis, serrurier, baptisé le 5 septembre 1783 à Rom, qui épousa, le 12 janvier 1807, à Blanzay, Rosalie Bonnin, fille de Jean Hilaire et de Françoise Lapauze.
    4. — BONNIN (Jean Olivier François Xavier), boulanger, baptisé le 2 décembre 1774 à Rom, épouse, le 18 février 1811, à Gençay, Marie-Thérèse Babin, fille de feu Jean, marchand boulanger, et de Marie-Thérèse Sire. De leur union, ils ont : 1) Jean-Olivier, qui suit. 2) Marie-Thérèse Rosalie, née le 5 septembre 1817 à Gençay, qui y épouse, le 5 juin 1837, Jean-Germain Moreau, marchand épicier, fils de feu Jean et de Louise Audin. Veuve, elle se remaria, le 28 août 1848, audit lieu, à Louis Théophal Nicoulaud, huissier, fils de Joseph et de Marie Sabourault.
    5. — BONNIN (Jean-Olivier), boulanger, né le 31 mars 1812 à Gençay, qui épousa, le 16 janvier 1837, à Couhé, Marie-Louise Outécy, fille de feu Jean et de Pauline Demellier. De leur union, ils eurent : 1) Amélina Louise Alphonsine, née le 30 novembre 1837 à Gençay, qui y épouse, le 14 septembre 1858, Eugène Olivier Gauvignard, propriétaire, fils d'Élie et de Marie Vallée. 2) Louise Coralie, née le 16 mars 1839 à Gençay, qui y épouse, le 14 septembre 1858, à Gençay, Narcisse Bellin, pharmacien, fils de feu René et de Jeanne-Marguerite Villards.