lundi 23 février 2015

DURAND de Coupé

§ Ier.
1. — DURAND (Jean), sieur des Chirons, greffier, épousa, le 13 juin 1689, à Concise, Louise Caillaud, né vers 1659, dont il eut : 1) Jean, qui suit. 2) Suzanne, qui épousa, par contrat du 22 novembre 1713, devant Chantaize, notaire à Montmorillon, et par cérémonie du lendemain audit lieu, Pierre Vezien, sieur de Poilieu.
2. — DURAND (Jean), greffier criminel en chef de la sénéchaussée de Montmorillon, épousa, par contrat du 10 mai 1723 devant Chantaize, notaire à Montmorillon, et le même jour à la Trimouille, Catherine Giberton, fille de Jacques, contrôleur des actes des notaires de la ville de la Trimouille, et de Magdeleine Dallet, dont il eut : 1) François, qui suit. 2) Marie-Anne, épousa M. le Comte de la Contour.
3. — DURAND de COUPÉ (François), notaire en la sénéchaussée de Montmorillon, fut nommé expert le 9 mars 1773, avec Antoine Lhéritier de Varennes, pour estimer les domaines de l'abbaye de Saint-Savin. Il avait épousé, par contrat du 14 mai 1770, devant Bourbeau, notaire à Poitiers, et par cérémonie du 16 suivant à Notre-Dame-de-la-Chandelière de la dite ville, Marie Françoise Élisabeth Violas, fille de Pierre, directeur de la messagerie à Poitiers, et d'Anne Élisabeth Desvaux, et mourut le 1er avril 1808 au "Plat d'Étain" à Poitiers, ayant eu  : 1) Pierre Charles François, qui suit. 2) Marie-Élisabeth, née le 6 décembre 1775 à Montmorillon, qui mourut le 4 octobre 1847 à Poitiers. Elle avait épousé, le 12 septembre 1808, à Montmorillon, Jean-Nicolas Denis Belleoux-Pinotière, né le 9 octobre 1775 à Saint-Savin, receveur de l'enregistrement et des domaines audit lieu, veuf de Marguerite Élisabeth Martin-Lafond, fils de Nicolas, notaire, et de Magdeleine Piou-de-la-Fillotière. 3) Charles Pierre, receveur du droit d'enregistrement des domaines et conservateur des hypothèques à Montmorillon, où il naquit le 12 décembre 1776, épousa, le 24 janvier 1809, audit lieu, Marie-Jeanne Guilhaud du Cluzeau, née le 4 août 1789 audit lieu et décédée le 14 août 1821 à la Rochelle, fille de Jean-Baptiste et de Jeanne Prudence Boyer. Veuf, il se remaria, le 28 novembre 1827, à Bessay (Vendée), à Jeanne-Mélanie Coralie de Bessay, née le 7 vendémiaire de l'an X aux Sables d'Olonne, fille de Paul-Isaac Marie Félix, comte dudit lieu, et de Geneviève Mélanie de Châtaigner, dont il eut : a) Louise Marie Charlotte, née le 31 mai 1829 à Bessay, qui fut carmélite.
4. — DURAND de COUPÉ (Pierre Charles François), baron de Coupé, né le 9 mai 1773 et baptisé le 11 suivant à Montmorillon, fut lieutenant colonel de cavalerie, chevalier de Saint-Louis et officier de la Légion d'Honneur. Il épousa Françoise Boutet-Destouches, fille de Jean-Baptiste Augustin, président du tribunal de la Rochelle, et d'Élisabeth Rondeau, dont il eut : 1) Mathilde, qui épousa Ernest de Senneville, ingénieur des constructions navales. 2) Caroline, qui épousa, le 14 janvier 1846, Daniel de Châteigner. 3) Clémence, qui épousa, Jules Brédif, directeur des contributions.
Sources : extrait du dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Beauchet-Filleau, 2nde édition, tome 3, p. 252.

samedi 21 février 2015

MOURGAUD de la Grange

Nicolas
Mourgaud,
Greffier des
Rolles de
la parrse
d'Alloue
MOURGAUD (Nicolas), sieur des Plants, procureur fiscal et greffier des rolles de la chatellenie d'Alloue, épousa, le 24 janvier 1662, à Saint-Barthélémy de Confolens, Marguerite Ribière, dont il eut : 1) Marguerite, baptisée le 30 septembre 1663 à Alloue. 2) Pierre, qui épousa, le 27 novembre 1690, à Alloue, Catherine Petit. De leur union, naquirent : a) Nicolas, baptisé le 30 octobre 1691 à Alloue. b) Étienne, baptisé le 13 avril 1693 à Alloue. c) Catherine, baptisée le 21 juin 1694 à Alloue. d) Jacques Pierre, baptisé le 25 juillet 1695 à Alloue. 3) Étienne, sieur de Mosnac, épousa, le  11 février 1698, à Civray, Anne Fradin, fille de feu Louis, sieur de la Renaudière, et de Gabrielle Pascault, en présence d'autre Nicolas Mourgaud, son cousin germain. De leur union, ils eurent : a) Michel, baptisé le 29 novembre 1699 à Alloue. b) Marie-Jeanne, baptisée le 27 novembre 1701 à Alloue, qui fut inhumée le 12 novembre 1703 à Lizant.
MOURGAUD (Jean), sieur du Pérat, de la paroisse d'Alloue, épousa le 30 mars 1694, à Lizant, Marie Audinot. Il y fut inhumé le 8 avril 1697.
MOURGAUD (Jean-Baptiste), sieur de la Grange, bourgeois, épousa, le 5 février 1732, à Oradour-Fanais, Jeanne Chaigneau, dont il eut : 1) François Augustin, baptisé le 28 août 1736 à Pleuville, qui, capitaine général au département du Poitou en résidence à Aulnay, épousa, le 26 septembre 1775, à Geay, Marie-Suzanne Delatour, fille d'Henri, chevalier seigneur de Geay, et de Marie-Suzanne Charpentier. 2) Jean, baptisé le 5 janvier 1738 à Pleuville. 3) Jacques, qui suit. 4) Antoinette, baptisée le 27 août 1742 à Pleuville. 5) Marie, baptisée le 18 juillet 1745 à Pleuville.
MOURGAUD (Jacques), sieur de la Grange, fils du précédent, baptisé le 3 novembre 1740 à Pleuville, qui épousa, le 8 février 1779, audit lieu, Radégonde Reignaud, décédée le 7 fructidor de l'an II à Châtain. Veuf, il se remaria, le 20 pluviôse de l'an VIII (9 février 1800), à Charroux, à Magdeleine Françoise Chitton, née le 29 janvier 1766, fille de feu Gabriel et de Françoise Dupas. Du premier lit, il eut : 1) Jean René, qui suit.
MOURGAUD (Jean René), propriétaire, fils du précédent, né le 12 août 1780 à Châtain, épousa, le 7 prairial de l'an XIII (27 mai 1805), à Charroux, Suzanne Élisabeth Rigaleau, née le 8 juillet 1784 audit lieu, fille de François, propriétaire, et de Marie-Anne Rigalleau, dont il eut : 1) Jacques-François, qui suit.
MOURGAUD-LAGRANGE (Jacques-François), propriétaire, fils du précédent, né le 9 mars 1806 à Châtain, épousa, le 8 octobre 1832, à Charroux, Catherine Mathilde Dupuy, née le 18 octobre 1804 à Savigné, fille de Pierre Jacques, avocat et propriétaire, et de Julie Albert.

    samedi 14 février 2015

    TREUILLE (Pranzay)

    TREUILLE (François), de la paroisse de Vivonne, épousa, le 19 février 1659, à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, Anne Brunet.
    TREUILLE (Pierre), épousa Louise Chrestien, dont il eut : 1) Pierre, sieur de Jorigné, sergent royal, qui épousa, le 30 juin 1666, à Saint-Sauvant, Jeanne Brunet. Veuf, il se remariait, le 21 octobre 1680, à Lusignan, Magdeleine Chault, fille de François et de Jeanne Gire. De leur union, ils eurent : a) Marie, baptisée le 25 mars 1675 à Pranzay. b) Louis, baptisé le 6 janvier 1677 à Pranzay. c) Marie-Anne, baptisé le 14 avril 678 à Pranzay.
    TREUILLE (Catherine), née vers 1712, fut inhumée le 14 mars 1748 à Payré.
    TREUILLE (Radégonde), née vers 1736 et inhumée le 6 novembre 1744 à Pranzay.
    § Ier.
    1. — TREUILLE (Étienne), sergent royal, né vers 1637, testa la 12 avril 1709, devant Venault, notaire à Lusignan, gisant au lit malade. Pour sa sépulture, il s'en remit à sa fille Renée, épouse de Clément Moreau, à laquelle il léguait tous ses biens meublés pour ses bons soins, sans avoir à rendre compte à ses autres enfants (d'après Marie-Reine Sire). Il fut inhumé le 18 novembre suivant à Pranzay, en présence de Philippe Treuil, son fils, de Marie et Renée Treuil, ses filles, et de Jean Pin, son beau-frère. Il fut l’époux de Magdeleine Pin, dont il eut : 1) Philippe, qui suit. 2) Renée, née vers 1679 et inhumée le 17 juillet 1739 à Pranzay, qui y avait épousé, le 5 juin 1702, à Pranzay, Clément Moreau, fils de Clément et de Marguerite Chault. 3) Marie.
    2. — TREUILLE (Philippe), maître d’école, né vers 1670 et inhumé le 11 mars 1740 à Pranzay, fut l’époux de Suzanne Bonsens, née vers 1670 et inhumée le 27 février 1740 à Pranzay, dont il eut : 1) Pierre, qui suit. 2) Jacques Philippe, rapporté en § II. 3) peut-être Étienne, qui épousa Suzanne Riche, dont il eut : a) Michel, baptisé le 22 septembre 1735 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. b) Magdeleine Suzanne, baptisée le 15 septembre 1737 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et décédée sans alliance le 11 thermidor de l’an XI audit lieu. 4) Jeanne, baptisée le 10 août 1707 à Pranzay et inhumée le 7 février 1709 audit lieu. Marie, baptisée le 17 novembre 1709 à Pranzay. et inhumée le 19 suivant audit lieu. 5) Françoise, née vers 1710 et inhumée le 20 décembre 1784 à Sanxay, qui épousa, le 25 février 1737, à Pranzay, François Raimbault, cavalier de maréchaussée, fils de feu Jean, sieur de la Coutille, et de Marie Duchataignier. Veuve, elle se remaria, le 15 septembre 1750, à Lusignan, à Pierre Rubis, tailleur d’habits de Saint-André de Châteauroux, fils de feu Jean, garde des forêts, et de feue Jeanne Desbois. En troisièmes noces, elle épousa, le 30 août 1756, à Lusignan, André Coutant, tailleur d’habits à Sanxay, veuf de Françoise Goudeau.
    3. — TREUILLE (Pierre), né vers 1700, maître d’école à Lusignan, épousa, le 8 février 1723, à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, Marie Lesrin, née vers 1697, fille de François, en présence de Philippe Treuille, son père, de Clément Moreau et d’un autre Philippe Treuille. De leur union, naquirent : 1) Philippe, baptisé le 25 novembre 1723 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et inhumé le 23 juillet 1731, à l’âge de 7 ans et 6 mois, au même lieu. 2) Marie-Louise, baptisée le 14 février 1726 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et inhumée le 23 avril 1727, à l’âge de 16 mois audit lieu. 3) Marie, baptisé le 19 février 1728 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et inhumée le 27 juillet 1733 au même lieu. 4) François, baptisé le 11 décembre 1729 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et inhumé le 30 janvier 1732 audit lieu. 5) Jacques Philippe, baptisé le 31 août 1732 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 6) Pierre, qui suit.
    4. — TREUILLE (Pierre), maître d’écriture, baptisé le 26 septembre 1734 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et inhumé le 20 décembre 1790 à Sanxay, y avait épousé, le 24 janvier 1757, Marie-Marguerite Goudeau, fille de René et de Marguerite Allard. De leur union, ils eurent : 1) Baptiste. 2) Louise, née vers 1767 et décédée le 18 février 1827 à Sanxay, où elle avait épousé, le 20 octobre 1789, Pierre Vadier, boulanger à Vautebis, fils de Pierre, dit Calais, et de Françoise Peguin. 3) Pierre Guillaume, instituteur primaire, épousa, le 25 janvier 1791, à Curzay-sur-Vonne, Suzanne Chaigneau, fille des feux Pierre et Louise Guineau. De leur union, ils eurent : a) François, baptisé le 2 décembre 1792 à Curzay-sur-Vonne. b) Pierre, né le 1er nivôse de l’an III à Curzay-sur-Vonne, qui épousa, le 24 mars 1841, à Rouillé, Marie Delavault, revendeuse, née le 13 prairial de l’an V à Curzay-sur-Vonne, veuve de Pierre Décou, fille de feu Jean et de feue Magdeleine Jamomeau. c) Louise, née le 9 juin 1798 à Curzay-sur-Vonne. d) Marie-Anne, couturière, née le 3 fructidor de l’an X à Curzay-sur-Vonne, qui épousa, le 1er juin 1831, à Rouillé, François Mellin, garçon tailleur d’habits, né le 29 avril 1807 à Saint-Germier, fils des feux Jean et de Jeanne Michau. e) Jean-Baptiste, né le 24 juin 1805 à Curzay-sur-Vonne. f) Adélaïde, née le 9 avril 1810 à Rouillé. 4) François, qui suit.
    5. — TREUILLE (François), né vers 1771, boulanger, épousa, le 10 vendémiaire de l’an XIII (2 octobre 1804), à Sanxay, Thérèse Pestre, née vers 1777 à Bennessay, fille de feu Philippe et de Louise Payen, où il mourut le 20 mai 1837. De leur union, ils eurent : 1) Jean, qui suit. 2) Marie, née le 6 janvier 1807 à Sanxay, où elle épousa, le 19 novembre 1823, Pierre Baudry, sabotier, né le 9 messidor de l’an VII à Saint-Jean-d’Angély, fils de Jacques Alexandre, également sabotier, et de Marthe Moisnard. 3) Thérèse, née le 20 octobre 1810 à Sanxay, où elle épousa, le 5 mai 1836, François Rivault, fusilier hors rang du 43e régiment de ligne, en garnison à Paris, né le 26 avril 1810 à Jazeneuil, fils de François et de Marie Riquet. 4) Anne Julie, née le 23 mai 1814 à Sanxay, où elle épousa, le 7 octobre 1839, François Nineuil, scieur de long, né le 17 février 1810 à Béruges, fils des feux Louis et Marie Beauchamps.
    6. — TREUIL (Jean), maçon, né le 15 messidor de l’an XIII à Sanxay, qui y épousa, le 5 juin 1832, Magdeleine Liault, née le 9 juillet 1807 à Benassay, fille de François, sabotier, et de Catherine Cairault, dont il eut : 1) Éléonore, née le 5 octobre 1832 à Sanxay et décédée le 28 juin 1866 audit lieu, où elle avait épousé, le 12 juillet 1854, Pierre Alexis Liault, maçon, né le 20 août 1829 à Latillé, fils de Pierre, également maçon, et de feue Véronique Dousset. 2) Adèle, domestique, née le 5 mai 1834 à Sanxay, où elle épousa, le 1er juillet 1856, Louis Belivier, également domestique, né le 14 juillet 1831 à Payré, fils de Louis, journalier, et de Louise Perrin. 3) Henriette, née le 9 septembre 1836 à Sanxay, domestique à Paris, qui eut hors union : a) Auguste, né le 10 septembre 1855 à Sanxay, où il mourut le 11 mai 1859. 4) Pierre, né vers 1837 et mort le 26 juillet 1839 à Sanxay. 5) Laurentine, née vers 1839 et décédée le 24 février 1843 à Sanxay.
    § II.
    3. — TREUILLE (Jacques Philippe), fils de Philippe et de Suzanne Bonsens (2e degré, § Ier.), sargier et marchand, naquit vers 1700 et fut inhumé le 18 avril 1761 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. Il y avait épousé, le 22 novembre 1729, Françoise Pellevoisin, née vers 1697 et inhumée le 1er juin 1760 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, fille de Jean et d’Anne Pétrenille, en présence de Pierre et d’Étienne Treuille, ses frères. De leur union, ils eurent : 1) Pierre, qui suit. 2) Françoise Suzanne, baptisée le 3 novembre 1731 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, qui y fut inhumée le 25 juin 1752. 3) François, baptisé le 29 avril 1734 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 4) Léger Benjamin, rapporté en § IV. 5) Jacques, baptisé le 24 mai 1738 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et inhumé le 1er octobre 1758 audit lieu. 6) François Philippe, baptisé le 12 septembre 1739 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, qui y fut inhumé le 29 janvier 1741, à l’âge de 16 mois.
    4. — TREUILLE (Pierre), baptisé le 15 octobre 1730 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, où il était maître perruquier lorsqu’il épousa, le 11 octobre 1756, à Lusignan, Marie Gobin, veuve de Philippe Liège. Ils vivaient paroisse Saint-Nicolas, à Nantes, en 1789. De leur union, ils eurent : 1) Jacques Philippe, dit l’aîné, qui suit. 2) Benjamin Léger, rapporté en § III. 3) Marie-Jeanne, baptisée le 8 octobre 1759 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, où elle fut inhumée le 23 mai 1772. 4) et sa jumelle Marie-Louise, baptisée le même jour au même lieu, où elle fut inhumée le 3 décembre 1767. 5) Pierre Jacques, maître perruquier, baptisé le 11 décembre 1760, à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, qui épousa, par contrat du 24 mai 1789, devant Pierre Caillon, notaire à Saint-Maixent et le lendemain à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, Marie Saivet, baptisée le 26 octobre 1764 audit lieu, fille de Jean, marchand, et d’Élisabeth Desaubiers. Il mourut le 13 janvier 1833 en sa demeure, sise petite rue Montaudière, à Nantes, 5ème canton. De leur union, ils eurent : a) Marie-Élisabeth, née le 9 avril 1790 et baptisée le 11 suivant à Saint-Nicolas de Nantes. b) Jacques Julien François, né et baptisé le 24 septembre 1792 à Notre-Dame-de-la-Fosse de Nantes. c) Adélaïde, née le 19 prairial de l’an V à Nantes, section Égalité et les Fosses. Elle épousa, le 22 août 1826, en cette ville, Alexis Fradet, capitaine au long cours, né le 17 juillet 1782 aux Sables-d’Olonne, fils des deux Pierre et de Jeanne Françoise Durand, dont elle était la veuve lorsqu’elle mourut, le 29 septembre 1862, quai de la Fosse, à Nantes. d) Joseph, né le 21 vendémiaire de l’an VII, à Nantes, section Égalité et les Fosses, qui mourut le 19 brumaire de l’an VII dans la maison de Mathurin Brechet, journalier, située rue Quintinie, en la dite ville, section Fraternité et Agriculteurs. e) Prosper Luc, né le 29 germinal de l’an X, quai de la Fosse, à Nantes, 16e section, qui mourut le 11 vendémiaire de l’an XI, en cette maison. 6) Marie-Jeanne, baptisée le 12 janvier 1762 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, où elle fut inhumée le 13 mai 1768. 7) Marie-Catherine, baptisée le 27 mai 1764 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 8) Thérèse, baptisée le 28 septembre 1765 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et inhumée le 26 juin 1783 audit lieu, en présence de Pierre Treuille, Léger Treuille, Jacques Philippe Treuille et de Jacques Philippe Treuille l’aîné. 9) Jacques Philippe, perruquier, baptisé le 30 mai 1768 à Saint-Maixent, qui résida rue Sarteuil, à Nantes, et qui y mourut le 9 avril 1821, à l’Hôtel-Dieu de la dite ville. Il avait épousé, le 9 ventôse de l’an VI, à Nantes, section la Halle et Jean-Jacques, Marie-Anne Rochard, née vers 1774 à Frossay, lingère, fille de feu Jean et de Françoise Mario. De leur union, ils eurent : a) Jacques, né le 15 pluviôse de l’an VII à Nantes, section la Halle et Jean-Jacques. 10) Gabrielle Radégonde, baptisée le 13 février 1769 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent.
    5. — TREUILLE (Jacques Philippe), directeur de l’école secondaire de Saint-Maixent en 1808, puis, propriétaire, fut baptisé le 21 septembre 1757 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent et mourut le 19 septembre 1821 audit lieu. Il avait épousé Marie-Marguerite Joussaume. De leur union, ils eurent : 1) un enfant, né le 20 septembre 1782, ondoyé par les mains de Marie Renoux, sage-femme, et finalement inhumé le même jour à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 2) Alexis Philippe, baptisé le 13 novembre 1783 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 3) Louise Amélie, née vers 1785, qui y épousa, le 5 octobre 1808, Jean-François Chevallier, propriétaire, né vers 1777, fils de Pierre, également propriétaire, et de Thérèse Françoise Geay. 4) Marie-Justine, née le 25 septembre 1792 à Saint-Maixent. 5) Catherine Sophie, née le 236 vendémiaire de l’an III à Saint-Maixent.
    § III.
    5. — TREUILLE (Benjamin Léger), fils de Pierre et de Marie Gobin (4e degré, § II.), baptisé le 12 novembre 1758 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, était maître perruquier et fut probablement celui qui épousa Anne Enoux, d'où : 1) Pierre Narcisse, qui suit.
    6. — TREUILLE (Pierre Narcisse), chirurgien aux Ormes puis docteur médecin à Paris, rue de Pouthière, fut baptisé le 1er novembre 1784 à Pranzay. Il entra au 9e régiment de dragons en qualité de chirurgien sous-aide le 23 fructidor de l’an XIII, et fit les campagnes de l’an XIV, celles de 1806 et 1807 à la grande armée, celle de 1808 en Espagne et celle en Allemagne en 1809. Il fut atteint d’une violente affection de poitrine, accompagnée de symptômes plus alarmants, tels que toux et crachement de sang continuel. Cette maladie faite de fatigues de la guerre le mit dans l’impossibilité de faire aucun service, selon le diagnostic établi le 14 avril 1810. Il fut reçu chevalier de la Légion d’Honneur le 28 avril 1841 et mourut le 16 novembre 1854. Il épousa Marie Éléonore Mitault, née vers 1777, dont il eut : 1) Alphonse Narcisse Gabriel, qui suit. 2) Narcisse, né et mort le 6 avril 1819 aux Ormes.
    7. — TREUILLE (Alphonse Narcisse Gabriel), docteur en médecine de la faculté de Paris, rue de la Brugère à Paris, né le 26 mars 1817 à Poisay-le-Joly, épousa, le 14 février 1854, à Châtellerault, Éléonore Thérèse Brun, née le 28 juin 1819 audit lieu et décédée le 6 mai 1874 à Paris, fille de feu Jean-Baptiste, propriétaire, et d’Éléonore Félicité Mitault, dont il eut : 1) Marguerite Éléonore, née le 25 février 1857 à Paris, qui épousa, le 18 septembre 1877, à Saint-Romain-sur-Vienne, Jules René Marie Bricheteau de la Morandière, propriétaire, né le 11 août 1843 à Tours, fils de feu Romain, en son vivant inspecteur des Ponts et Chaussées, officier de la Légion d’Honneur, et de Louise Aline Thinault.
    § IV.
    4. — TREUILLE (Léger Benjamin), fils de Jacques Philippe et de Françoise Pellevoisin (3e degré, § II.), serrurier, baptisé le 30 mars 1737 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, et décédé le 20 fructidor de l’an XII audit lieu, qui y épousa Marguerite Renée Thouars, née vers 1732 et inhumée le 18 décembre 1784 audit lieu, dont il eut : 1) Marie-Anne, baptisée le 7 août 1763 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, épousa 1°) le 22 janvier 1787, audit lieu, Étienne Valentin Orry, fils de Joseph Bonnaventure, conseiller du roi et son procureur à la police du siège dudit lieu, et de Marie-Gabrielle Texier, puis, veuve, 2°) le 28 vendémiaire de l’an III (19 octobre 1794), à Saint-Maixent, Jean-François Savoye, chasseur de la Montagne en garnison en cette dite ville, né vers 1770, fils de Mathieu, cultivateur de Montjabrand (district de Montélimar), et de Suzanne Bompard. 2) Catherine, baptisée le 6 décembre 1765 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, où elle épousa, le 10 brumaire de l’an V, Pierre Bruneteau, sargier, née le 3 novembre 1774 à Exoudun, fils de Pierre et de Louise Lacroix. Elle mourut le 30 décembre 1836 à Celles-sur-Belle. 3) Anne, baptisée le 6 février 1768 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 4) Marie-Anne, baptisée le 2 mars 1770 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 5) Léger Benjamin, baptisé le 27 février 1772 à Saint-Saturnin de Saint-Maixent. 6) Pierre Jean-Baptiste, qui suit.
    Veuf, il se remariait, le 14 pluviôse de l’an IV, à Saint-Maixent, à Louise Geoffret, née 8 mars 1740, veuve de Jean Goubeau, fille de Jean, huissier, et de Jeanne Morisson.
    5. — TREUILLE (Pierre Jean-Baptiste), tailleur d’habits, baptisé le 27 mars 1776, à Saint-Saturnin de Saint-Maixent, qui épousa, le 4 fructidor de l’an VI (21 août 1798), à Celles-sur-Belle, Marie Foucher, lingère, née vers 1768, fille de Jacques, sellier, et de Marie Bonnin, où il mourut, le 18 novembre 1857. De leur union, naquirent : 1) Jacques, tailleur, né le 16 brumaire de l’an VIII à Celles-sur-Belle. 2) Radégonde, née le 27 floréal de l’an IX à Celles-sur-Belle et décédée le 13 brumaire de l’an XI audit lieu. 3) Marie-Anne, née le 30 messidor de l’an XI à Celles-sur-Belle, où elle mourut célibataire le 11 août 1873. 4) Marie-Modeste, née le 11 germinal de l’an XIII à Celles-sur-Belle, qui mourut le 19 février 1870, en sa demeure, quai de la Grenouille, à Niort. Elle avait épousé Pierre Faucher. 5) autre Radégonde, née le 13 octobre 1807 à Celles-sur-Belle. 6) Marie-Victoire, née le 20 mars 1811 à Celles-sur-Belle, mourut célibataire le 1er février 1892, en son domicile, n°31, rue de la Bourgonce, à Niort.

    vendredi 13 février 2015

    DUTERTRE de la Coudre

    DUTERTRE DE LA COUDRE (François Pierre), marchand d'abats, né vers 1829, épousa Éloire Marthe Judas, née le 10 juin 1839 à Laon (Aisne) et décédée le 10 juin 1886 à Paris, 11e arrondissement, fille de Constant et d'Anne Victoire Boullonois, dont il eut : 1) Léon Anatole Francisque, né le 18 décembre 1861 à Paris, 11e arrondissement et décédé le 13 octobre 1899 au même lieu, marchand d'abats, qui épousa, le 15 janvier 1887, à Paris, 1er arrondissement, Berthe Louise Guillaume, marchande d'abats, née le 12 mars 1867 à Paris, 1er arrondissement, fille de Jules Jean-Baptiste, et d'Élisa Victorine Plu, en présence de Désiré Léon Baresse, ferblantier, né vers 1843, oncle de l'époux. Ils habitèrent au n°120, rue de Charonne, à Paris, 11e arrondissement. De leur union, naquirent au moins : a) Fernand Léon Constant, né le 3 décembre 1887, à Paris, 11e arrondissement, qui épousa, le 11 janvier 1912, à Nanterre, Suzanne Joséphine Megot. Il était maréchal des logis, dans le 506e régiment d'artillerie d'assaut, lorsqu'il mourut des suites d'une maladie contractée au service, le 15 octobre 1918, à l'hôpital du camp de Mailly (Marne). Son décès fut transcrit par jugement du 5 août 1920 par le tribunal de la Seine dans les registres d'état civil de Nanterre, le 15 septembre suivant. b) Francis Jean-Baptiste, né le 23 juin 1889, à Paris, 11e arrondissement.
    § Ier. branche de la Vergnaye
    1. — DUTERTRE (François), sieur de la Vergnaye, notaire demeurant à Puy-Lonchard (Cissé), acquit des terres le 31 décembre 1657 et en 1670. Il avait épousé, le 15 février 1638, à Cissé, Jeanne Julien, dont il eut 5 enfants qui se partagèrent sa succession le 8 janvier 1675 : 1) François, qui suit. 2) Perrine, mariée à René Naudin, sieur de la Rose. 3) Anne, mariée à Philbert Pillot, écuyer, seigneur de la Vallée. 4) Pierre, rapporté en § II. 5) Hilaire, rapporté en § V.
    2. — DUTERTRE (François), reçu huissier audiencier au Présidial en 1664, qui avait épousé Catherine Piger, dont il eut : 1) Pierre, baptisé le 2 avril 1667 à Saint-Cybard de Poitiers. 2) Marthe, baptisée le 31 mai 1668 à Saint-Cybard de Poitiers. 3) Catherine, baptisée le 18 août 1669 à Saint-Cybard de Poitiers. 4) Marie-Magdeleine, baptisée le 22 juillet 1672 à Sainte-Opportune de Poitiers. 5) François, qui suit. 6) Louis, baptisé le 29 avril 1680 à Sainte-Opportune de Poitiers. 6) peut-être Jeanne, épousa, le 4 février 1712, à Sainte-Opportune de Poitiers, Aimable Chenagon, huissier de la paroisse de Notre-Dame-la-Grande.
    3. — DUTERTRE (François), sieur de la Vergnaye, baptisé le 10 février 1678 à Sainte-Opportune de Poitiers et inhumé le 3 février 1750 à Colombiers, qui avait épousé Magdeleine Girault, dont il eut au moins : 1) Louise, qui épousa, le 3 juin 1737, à Colombiers, François Roffay, lieutenant des fermes et gabelles du Grand-Pont, fils de Pierre, sieur du Rivaux, et de Renée d'Availle.
    § II. branche de la Coudre
    N. du Tertre,
    prêtre, curé
    de la parse
    de Monbrun
    2. — DUTERTRE (Pierre), sieur de la Coudre, fils de François et de Jeanne Julien (1er degré, § Ier.), praticien à Poitiers, naquit le 9 mai 1647 à Cissé. Il fut reçu huissier audiencier au Présidial en 1664. Il avait épousé, le 25 janvier 1668, à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, Françoise Porcheron, fille de Jean, huissier, et de Magdeleine Rouiller, dont il eut : 1) François, baptisé le 1er novembre 1668 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers et inhumé le 19 novembre 1674 dans l’église de la dite paroisse. 2) Philippe, baptisé le 27 juillet 1670 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, curé de Saint-Léger de Montbrun en Thouarsais, qui fut inscrit d'office dans l'armorial général de France en 1700, portant "de sable au lion d'argent, posé sur une terrasse de sinople". 3) Marie, baptisée le 24 janvier 1672 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, qui épousa, le 9 novembre 1701, en la même paroisse, Michel Ayrault, procureur à Poitiers, fis de Jean, aussi procureur, et de Jeanne Babinet. 4) Magdeleine, baptisée le 14 mai 1673 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers et inhumée le 29 novembre 1676 audit lieu. 5) Anne, baptisée le 8 mars 1675 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers. 6) François, baptisé le 7 mai 1676 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers. 7) Pierre, baptisé le 3 juillet 1677 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers. 8) Charles Pierre, qui suit. 9) Jean, baptisé le 11 décembre 1680 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, qui fut curé de Genneton (Deux-Sèvres), où il fut inhumé le 15 août 1719. 10) Jeanne, mariée le 2 mai 1702, à Ambroise Amelin, seigneur de Quingé. 11) Marie-Françoise, baptisée le 10 octobre 1684 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers et inhumée le 14 décembre 1763 dans l’église Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, épousa Pierre Grabot, sieur des Granges. 12) Vincent-Hilaire, rapporté en § IV. 13) Anne, baptisée le 22 janvier 1688 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers et inhumée le 20 février 1777 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, épousa René Baudouin, notaire royal et greffier en chef au siège royal de la police de Poitiers.
    3. — DUTERTRE (Charles Pierre), baptisé le 3 octobre 1678 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, fut huissier au Présidial de Poitiers. Il épousa, par contrat du 31 mai 1702, devant Ligonnière, notaire à Poitiers, et par cérémonie du 5 juillet suivant, à Saint-Germain de Poitiers, Suzanne Giraud, fille de feu Michel, marchand, et de Magdeleine Piquet. De leur union, naquirent : 1) Pierre, qui suit. 2) Marie-Élisabeth, baptisée le 20 novembre 1704 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers. 3) Suzanne, baptisée le 10 février 1708 à Saint-Paul de Poitiers. 4) Marie-Monique, baptisée le 31 juillet 1709 à Saint-Paul de Poitiers. 5) Philippe, baptisé le 1er mars 1712 à Saint-Paul de Poitiers, qui eut pour parrain son oncle Philippe, curé de Saint-Léger de Montbrun. Il était probablement celui qui fut inhumé le 21 mars 1789 à Sainte-Triaise de Poitiers, à l'âge de 79 ans. Celui-ci fut chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis et commandant premier aide-major honoraire de l’hôtel royal des Invalides. Il avait épousé Marie-Jeanne Descoufflet et avait arrenté, en 1784, sa maison d'Étables, à Charrais. 6) Jean, baptisé le 22 janvier 1715 à Notre-Dame-la-Petite de Poitiers. 7) Marie-Catherine, baptisée le 30 avril 1718 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers.
    4. — DUTERTRE (Pierre), sieur de la Coudre, baptisé le 11 juillet 1703 à Saint-Hilaire-de-la-Celle de Poitiers, notaire et greffier de la baronnie d’Ancenis, ancien fourrier des gendarmes, épousa, le 17 juin 1737, à Ancenis, Marie Grollier, né vers 1712, fille de Michel et de Françoise Ragot, dont il eut : 1) Pierre, qui suit. 2) Alexandre, baptisé le 31 octobre 1738 à Ancenis. 3) Michel, sieur du Grand Champ, baptisé le 30 septembre 1739 à Ancenis, qui fut officier et commandant de la milice bourgeoise d’Ancenis, où il fut inhumé le 4 octobre 1787. 4) Marie, baptisée le 15 janvier 1744 à Ancenis. 5) Anne, baptisée le 6 avril 1746 à Ancenis. 6) Jean, rapporté en § III. 7) Paul, baptisé le 2 janvier 1749 à Ancenis. 8) Marie, baptisée le 19 juin 1750 à Ancenis.
    5. — DUTERTRE DE LA COUDRE (Pierre), baptisé le 20 décembre 1737 à Ancenis, receveur des deniers au département de la châtellenie, qui épousa, le 10 septembre 1776, à Saint-Saturnin de Nantes, Magdeleine Angevin, née vers 1741, fille de Joseph, marchand maître frippier, et de feue Magdeleine Devienne, dont il eut : 1) Pierre Saturnin, commis, né le 27 novembre 1776 à Nantes et décédé en cette ville, y épousa le 23 mai 1807, dans la 3ème section, Louise Saulon, marchande et ménagère, née le 29 juin 1775 à Saint-Michel-du-Tertre d’Angers, veuve de Denis Joubert, fille des feux Jean et Marie Girardeau, dont il eut : a) Achille Pierre Saturnin, comptable, né vers 1808. b) Aristide, armateur puis bandagiste, né le 1er juin 1815 à Nantes, épousa, 1°) le 26 mars 1863, à Nantes, 4ème canton, Marie-Julienne Guégan, bandagiste, née le 22 août 1833 à Caden (Morbihan) et décédée à Nantes, fille de feu Jean-Yves, et d’Olive Lechesne, puis, 2°) le 27 septembre 1882, à Nantes, 5ème canton, Félicité Frogé, bandagiste, née le 15 juillet 1842 à Nantes, fille de feu René, gantier, et de Jeanne Ceuillier, couturière. 2) Jean Honoré) commis, employé à l’octroi, né le 6 mai 1778 à Nantes, épousa, le 1er août 1807, à Nantes, 3ème division, Magdeleine Curtet, rentière, née le 3 septembre 1783 à Perroy (Suisse), depuis 3 ans en cette ville, fille de feu David, et de Marie Couderey, demeurant alors à Juriau, canton de Vaud (Suisse). De leur union, naquirent : a) Étienne Alexandre Pierre, imprimeur lithographe, né 4 octobre 1812 à Nantes, qui épousa, le 19 novembre 1838, à Nantes, 3ème canton, Anne Rialand, débitante, née le 25 juillet 1810 à Saint-Herblain, fille de feu Mathurin et de Rose Choveau (en présence d’Achille Pierre Saturnin Dutertre de la Coudre, imprimeur, cousin germain de l’époux). b) Constant Jules César, corroyeur, né le 8 octobre 1814 à Nantes, qui épousa, le 31 juillet 1841, à Nantes, 3ème canton, Julie Marguerite Roche, couturière, née le 3 février 1819 à Fougeray (Ille-et-Vilaine), fille de Julien, tanneur, et de feue Julienne Heuzé. c) N., qui épousa, François Rigaut, commis d’octroi, né vers 1809.
    § III. branche cadette de la Coudre
    5. — DUTERTRE DE LA COUDRE (Jean), fils de Pierre et de Marie Grollier (4e degré, § II.), fermier général de Beaurepaire, né vers 1748 à Ancenis, mourut le 26 ventôse de l’an XI à Beaurepaire (Vendée). Il avait épousé, le 31 août 1779, à Vertou, Marie Pelletier, fille de François, négociant, et de Marie-Élisabeth Chevas (en présence de Jacques Claude Gabirot des Ruisseaux, oncle maternel), dont il eut : 1) Jean-François, baptisé le 17 novembre 1780 à Ancenis. 2) Anne Herminie, née le 14 février 1793 à Beaurepaire. 3) Augustin, qui suit.
    6. — DUTERTRE DE LA COUDRE (Augustin), naquit le 23 thermidor de l’an II (10 août 1794) à Beaurepaire et mourut le 29 octobre 1850 à Saint-Même-le-Tenu. Il fut promu au rang de Chevalier de la Légion d’Honneur, le 30 avril 1833, puis au rang d’Officier, par décret du 30 août 1839, en qualité de lieutenant de vaisseau, et fut à la fin de sa vie, capitaine de frégate. Il avait épousé Joséphine Rioux, propriétaire, née vers 1819, dont il eut : 1) Marie-Louis Augustin, qui suit.
    7. — DUTERTRE DE LA COUDRE (Marie-Louis Augustin), né le 22 juin 1848 à Nantes, épousa, le 31 juillet 1877, à Nantes, 5ème canton, Marie Joséphine Adèle Allégret, propriétaire, née le 17 juillet 1857 à Nantes, fille d’Émile, et d’Émilie Antoinette Maisonneuve. De leur union, ils eurent : 1) Augustin Louis Marie Joseph Pie, qui suit.
    8. — DUTERTRE DE LA COUDRE (Augustin Louis Marie Joseph Pie), né le 25 août 1878 rue Basse du Château, à Nantes, 3ème canton, fut propriétaire terrien, maire de Machecoul et conseiller général pour ce canton pendant quarante ans. Il fut nommé Chevalier de la Légion d’Honneur, par décret du 16 juin 1920, en qualité de capitaine de l’aéronautique. « Il entra au Parlement à la faveur d'une élection législative partielle, dans la circonscription de Paimbœuf, destinée à pourvoir au remplacement du marquis de Juigné, député depuis trente ans, qui venait d'être élu sénateur le 29 novembre 1936. Le scrutin eut lieu le 14 mars 1937 et Augustin Dutertre de La Coudre fut élu dès le premier tour avec une forte avance sur ses adversaires : il totalisait 7.988 suffrages, contre 2.594 à Cazeaux, 1.198 à Bisson et 1.071 à Lefort, sur 13.408 votants. Membre du Comité de direction du Parti républicain national et social en 1936, Dutertre de La Coudre siégea à la Chambre sur les bancs de la Fédération républicaine de France. Membre de la Commission de l'aéronautique (1937), où il succédait au marquis de Juigné, il appartint aussi à celle de l'administration générale, départementale et communale (1937). C'est au sein de ces Commissions qu'il exerça son activité. Il ne monta jamais à la tribune. Le 10 juillet 1940, au Congrès de Vichy, il vota les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Pendant l'Occupation, Augustin Dutertre de La Coudre continue d'exercer son mandat de maire de Machecoul. Après la Libération, il demande à être relevé de l'inéligibilité qui le frappait en raison de son vote du 10 juillet 1940, favorable au projet de loi constitutionnelle mais, par sa décision du 19 juin 1945, le Jury d'honneur n'accède pas à sa requête ». Il mourut le 9 août 1952 à Machecoul.
    § IV.
    3. — DUTERTRE (Vincent Hilaire), sieur de la Coudre, fils de Pierre et de Françoise Porcheron (2e degré, § II.), notaire royal à Poitiers, y fut baptisé le 22 janvier 1687 à la paroisse de Saint-Hilaire-de-la-Celle. Il épousa, par contrat du 14 novembre 1714, devant Le Carlier, notaire à Poitiers, Marie Duchastenier, fille d'Étienne, notaire, et de Marguerite Gerbier. Il fut inhumé le 13 février 1771 à Sainte-Opportune, à l'âge de 84 ans, ayant eu : 1) Marie-Marguerite, baptisée le 16 octobre 1715 à Saint-Cybard de Poitiers. 2) René Vincent Hilaire, baptisé le 7 juillet 1717 à Saint-Cybard de Poitiers, qui fut curé de Saint-Georges-lès-Baillargeaux, où il fut inhumé le 17 juin 1760. 3) Anne-Modeste, née le 24 septembre 1719 et décédée le 26 juin 1795. 4) Marie-Claire, baptisée le 11 août 1721 à Saint-Cybard de Poitiers, qui y fut inhumé le lendemain. 5) Mathieu, baptisé le 22 septembre 1722 à Saint-Cybard de Poitiers. 6) Marie-Anne, née le 13 octobre 1723. 7) Marie-Claire, baptisée le 14 juillet 1725 à Saint-Cybard de Poitiers. 8) Jean-Baptiste Jacques, baptisé le 23 juin 1726 à Saint-Cybard de Poitiers. 9) Marie-Françoise, baptisée le 3 juillet 1727 à Saint-Cybard de Poitiers et décédée le 13 décembre 1818. 10) Louis, né le 9 octobre 1728. 11) Charles Samuel, baptisé le 19 décembre 1731 à Saint-Cybard de Poitiers et décédé le 29 septembre 1736. 12) Marie-Thérèse, baptisée le 2 septembre 1733 à Saint-Cybard de Poitiers, qui épousa, par contrat du 28 juin 1761, à Poitiers, et par cérémonie du 14 juillet suivant à Sainte-Opportune de Poitiers, Philippe Voyer. Elle mourut le 17 mai 1797 à Saint-Cybard de Poitiers.
    § V. branche de l'Isle
    2. — DUTERTRE (Hilaire), sieur de l'Isle, fils de François et de Jeanne Julien (1er degré, § Ier.), notaire de la châtellenie d'Auxances, naquit vers 1648 et fut inhumé le 1er avril 1720 dans l'église de Cissé, ayant eu de Jeanne Boutet, qu'il avait épousé le 27 mai 1681 audit lieu : 1) Philippe, sieur de l'Isle. 2) Jeanne, qui épousa, par contrat du 25 novembre 1722, devant Ligonnière, notaire à Poitiers, et par cérémonie le lendemain à Cissé, Didier Delaunay, fils de feu François, marchand, et de Jeanne Martin. Ils vendirent le 12 avril 1723 et le 4 mai suivant leur maison de Puy-Lonchard. 3) François, qui suit. 4) Anne, qui épousa, le 14 février 1719, à Cissé, Louis Mignon, notaire, fils de feu Maurice et d'Anne Noëlle Lumereau. 5) Marie, qui épousa, le 26 janvier 1723 à Cissé, Jean Marot, fils des feux Jean et Jacquette Pinpault.
    3. — DUTERTRE (François), sieur de l’Isle, commis au bureau du tabac de Poitiers, qui épousa, le 21 janvier 1721, à Saint-Jean-Baptiste de Poitiers, Marie Brisson, dont il eut : 1) Marie-Thérèse, baptisée le 7 janvier 1723 à Sainte-Opportune de Poitiers.  2) François, qui suit.  3) Marie-Barbe Opportune, baptisée le 1er décembre 1725 à Sainte-Opportune de Poitiers.  4) Louise, baptisée le 30 octobre 1726 à Sainte-Opportune de Poitiers.
    4. — DUTERTRE (François), baptisé le 7 février 1724 à Sainte-Opportune de Poitiers, qui épousa, le 30 avril 1764, à Neuville-de-Poitou, Radégonde Maurisset, fille de feu François et de Louise Bouillin. De leur union, ils eurent : 1) Radégonde, née vers 1759, née de père inconnu, reconnue lors du mariage de ses parents.

    jeudi 12 février 2015

    MOTHIRON

    § Ier.
    1. — MOTHIRON (Augustin), vigneron puis chaufournier et fabricant de chaux à Orléans, né vers 1790, épousa Marie Madeleine Forest, née vers 1785 à Saint-Ay et décédée le 31 mai 1844 à Saran, fille de Louis et d'Anne Esther Chesnault. De leur union, ils eurent : 1) Marguerite Félicité, née le 13 juin 1814 à Saran. 2) Louise Victoire Eugénie, née le 4 février 1817 à Saran et décédée le 14 juillet 1818 au même lieu. 3) Augustin Eugène, qui suit. 4) Frédéric Désiré, chaufournier à Saran, né vers 1827. 5) Joséphine Virginie, née le 2 mai 1829 à Saran.
    2. — MOTHIRON (Augustin Eugène), notaire à Chaunay, né le 5 avril 1818 à la Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret) et décédé le 22 février 1889 à Charroux, avait épousé, le 4 septembre 1855, à Lezay, Marie-Louise Constantine Liège, née le 2 septembre 1833 audit lieu et décédée le 14 octobre 1849 à Chaunay, fille de Louis, propriétaire, et de Marie-Magdeleine Terrise.
    Veuf, il se remaria, le 10 septembre 1862, à Civray, à Zélie Anne Nelly Bricault de Verneuil, née le 14 avril 1822 audit lieu, fille des feux Jean Aimé, et Anne Rose Adélaïde Boulanger-Boisclément, dont il eut : 1) Henri Eugène, qui suit.
    3. — MOTHIRON (Henri Eugène), notaire à Charroux, né le 22 février 1865 à Chaunay, épousa, le 18 avril 1893, à Charroux, Blandine Eugénie Marie Serph, née le 2 juin 1859 à Niort, fille de Marc Gusman, député de la Vienne, et de Marie-Amélie Bernard (v. SERPH). De leur union, ils eurent : 1) Charles Marie Gusman Olivier, né le 24 juillet 1894  au domicile de son grand-père maternel, à Montazais de Savigné.

    dimanche 8 février 2015

    DUPONT (Ruffec)

    § Ier.
    1. — DUPONT (Eustache), marchand, eut de Suzanne Ménard, son épouse : 1) Jean, qui suit. 2) Jeanne, baptisée le 16 décembre 1640 à Ruffec. 3) Marie, baptisée le 18 décembre 1644 à Ruffec. 4) Anne, baptisée le 17 mars 1647 à Ruffec. Elle épousa, le 30 avril 1672, au même lieu, Mathurin Debors, seigneur du Marquisat de Ruffec, décédé le 15 octobre 1681 au même lieu. Il fut présent aux deux mariages de son beau-frère Jean Dupont. 5) Jacques, baptisé le 20 novembre 1650 à Ruffec.
    2. — DUPONT (Jean), né vers 1638 et inhumé le 28 janvier 1709 à Civray, fut archer et huissier de la maréchaussée puis marchand. Il fut l'époux, en premières noces, de Marie Desmier, née vers 1647, fille de Jean, notaire et sergent royal, et de Jeanne Pestureau, dont il eut : 1) Marie, baptisée le 26 mai 1661 à Civray. 2) Jeanne, baptisée le 29 avril 1663 à Civray, qui épousa le 8 février 1689, au même lieu, Antoine Sauvestre, fils d'Olivier et de Marie Dubois. 3) Eustache, né le 8 octobre 1665 et baptisé le 11 dudit mois à Civray. 4) Jean, qui suit. 5) Julienne, baptisée le 31 juillet 1672 à Civray.
    Veuf, il épousa, en secondes noces, le 2 octobre 1673, à Sommières-du-Clain, Jeanne Coudret, qui lui donna : 6) Anne, baptisée le 11 juillet 1674 à Civray.
    Enfin, en troisièmes noces, il se remaria, par contrat du 12 décembre 1674 et par cérémonie du 7 janvier 1675, à Civray, avec Catherine Delaunay, née vers 1648 et inhumée le 15 mai 1688 à Civray, veuve d'Étienne de Villars, dont il eut : 7) Marguerite, baptisée le 20 avril 1676 à Civray, qui épousa, le 26 juin 1676, à Civray, Clément Brunet, baptisé le 18 octobre 1673 à Civray et inhumé le 3 février 1704 au même lieu, fils de Clément et d'Anne Desmier, puis, en secondes noces, elle fut mariée, le 22 novembre 1706, à Civray, à Pierre Sautereau.
    3. — DUPONT (Jean), marchand drapier et archer, fut baptisé le 27 janvier 1669  à Civray et inhumé le 30 avril 1735 au même lieu. Il avait été marié, en premières noces, le 7 janvier 1696 à Civray, à Louise Drouhault, baptisée le 4 décembre 1667 à Civray et inhumée le 14 septembre 1710, fille de François et de Marguerite Trudet, qui lui donna : 1) Louis, baptisé le 1er janvier 1697 à Civray. 2) Jean, qui suit. 3) Jeanne, baptisée le 31 mars 1703. 4) Marie, baptisée le 21 avril 1705.
    Veuf, il épousa, en secondes noces, le 4 novembre 1711 à Saint-Pierre-d'Exideuil, Magdeleine Dunoyer, fille de René et de Magdeleine Nérault (v. DUNOYER de Civray), dont il eut : 5) François, du second lit, né vers 1712 et inhumé en novembre 1757 à Civray, qui épousa, le 11 janvier 1738, à Civray, Marie Longeau, fille de François et de Marie Moreau. 6) Pierre, baptisé le 25 mars 1718 à Civray. 7) Magdeleine, baptisée le 22 mai 1723 à Civray. 8) Magdeleine, baptisée le 15 avril 1727 à Civray et décédée le 19 vendémiaire de l'an IX au même lieu, qui épousa, le 12 février 1759, à Civray, Pierre Moreau, fils de Pierre et d'Antoinette Boulbenne. Ils furent les parents de Jean-Pierre Moreau, baptisé le 12 mars 1763 et décédé le 4 novembre 1831, maire de Civray. 9) René.
    4. — DUPONT (Jean), baptisé le 8 décembre 1699 à Civray, qui épousa, le 24 mai 1728, à Civray, Marie Provost, fille de Noël et de Jeanne Michaud, en présence de Jean Dupont, son père, de Pierre Dupont, son frère, et de Pierre Sautereau, son oncle. De leur union, ils eurent : 1) Marie-Louise, baptisée le 17 novembre 1729 à Saint-Clémentin (Civray). 2) Madeleine, baptisée le 16 août 1731 à Saint-Clémentin et inhumée le 21 du même mois audit lieu. 3) Marie, baptisée le 20 septembre 1732 à Saint-Clémentin. 4) Jean, qui suit.
    5. — DUPONT (Jean), baptisé le 30 mai 1736 à Civray, arquebusier à Civray, épousa, le 5 février 1759, à Civray, Marie-Anne Soulas, fille de Jean et de Marie-Anne Monrousseau. De leur union, ils eurent : 1) François, baptisé le 6 février 1760 à Civray. 2) Marie-Anne, baptisée le 25 février 1761 à Civray. 3) Jean, qui suit. 4) Marie-Thérèse, baptisée le 25 mars 1765 à Civray et décédée le 24 octobre 1843 au même lieu, avait épousé Jean Parat.
    6. — DUPONT (Jean), baptisé le 25 mars 1762 à Civray, arquebusier dans cette ville, épousa, le 11 juillet 1787, à Civray, sa parente Magdeleine Moreau, fille de Pierre et de Magdeleine Dupont. Veuf, il se maria, le 20 novembre 1792, à Charroux, Marie-Anne Céleste Groussault-Ladoux, née vers 1767, fille de François, marchand, et de Suzanne Malapert.

    samedi 7 février 2015

    GORRY

    Bernard
    Gory,
    bourgs de

    la ville de
    Charroux
    1. — GORRY (Bernard), sieur de Coudrays, bourgeois, né vers 1642 et inhumé le 24 juin 1710 à Charroux, fut reçu d'office dans l'armorial général de France, et portait "d'or, à un antonnoir d'azur". Il y avait épousé, le 25 novembre 1670, Catherine de Villette, ayant eu : 1) Louis, baptisé le 26 décembre 1671 à Charroux. 2) Marie, baptisée le 19 juillet 1673 à Charroux, qui y épousa, le 15 novembre 1706, Pierre Machet (v. MACHET de la Martinière). Elle fut inhumée le 17 avril 1737 audit lieu. 3) Gabriel, baptisé le 30 septembre 1676 à Charroux. 4) Pierre, qui suit. 5) Étienne, baptisée le 3 novembre 1681 à Charroux. 6) Suzanne, baptisée le 10 août 1683 à Charroux. 7) Catherine, baptisée le 3 novembre 1684 à Charroux, qui y épousa, le 29 janvier 1716, Jacques Ogier, fils de François et de feue Marguerite Robert (v. OGIER). 8) Magdeleine, baptisée le 23 juin 1686 à Charroux. 9) Élisabeth, baptisée le 1er mars 1688 à Charroux et inhumée le 2 novembre 1695 audit lieu. 10) Bernard, baptisé le 5 juillet 1689 à Charroux.
    2. — GORRY (Pierre), procureur au siège présidial de Poitiers, baptisé le 19 septembre 1677 à Charroux, épousa, par contrat du 28 novembre 1703, devant Cuisinier, notaire à Poitiers, et par cérémonie du même jour, à Charrais, Rose Agnès Girard. Il fut inhumé le 24 juin 1727 à Saint-Paul de Poitiers, à l'âge de 48 ans, ayant eu : 1) Marie Rose, baptisée le 31 décembre 1709 à Saint-Paul de Poitiers et inhumée le 20 septembre 1710 à Charrais. 2) Pierre, baptisé le 26 janvier 1711 à Saint-Paul de Poitiers. 3) Paul, baptisé le 21 janvier 1714 à Saint-Paul de Poitiers. 4) Radégonde, baptisée le 3 novembre 1715 à Charrais. 5) Marie, baptisée le 17 janvier 1717 à Saint-Paul de Poitiers. 6) Pierre Antoine, baptisé le 15 août 1719 à Saint-Paul de Poitiers, qui eut pour parrain un autre Pierre Gorry, et inhumé le lendemain audit lieu. 7) René, baptisé le 11 juillet 1718 à Saint-Paul de Poitiers, probablement celui qui suit. 8) Louis Bonnaventure, baptisé le 11 octobre 1720 à Saint-Paul de Poitiers, qui eut pour parrain Louis Gorry, prêtre curé de Saint-Austrégésile. 9) un garçon, ondoyé à la maison et inhumé le 11 janvier 1722 à Saint-Paul de Poitiers. 10) Charles Jean-Baptiste, baptisé le 29 août 1723 à Saint-Paul de Poitiers et inhumé le 16 novembre 1725 au même lieu. 11) autre Marie-Rose, baptisée le 12 novembre 1724 à Saint-Paul de Poitiers.
    3. — GORRY (René), né vers 1720, épousa, le 26 novembre 1749, à Notre-Dame de Mirebeau, Angélique Serruau. En 1750, il obtint la place d'apothicaire à Poitiers, et, à sa mort, inhumé le 1er juin 1777 en la paroisse Saint-Savin, en tant doyen de sa communauté en la ville de Poitiers, à Saint-Savin, sa veuve lui succéda. Elle avait eu soin de faire nommer comme adjoint à son mari, le 16 juin précédent, son élève Pierre Buchey (v. BUCHEY). Elle mourut le 17 mai 1778, et ce dernier, ayant acheté sa pharmacie, l'administration le nomma à sa place le 28 août suivant (L'assistance publique à Poitiers jusqu'à l'an V, par Pierre Rambaud, in Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1911.). De leur union, ils avaient eu : 1) Marie-Magdeleine, baptisée le 6 avril 1750 à Saint-Savin de Poitiers. 2) Rose Marguerite, baptisée le 4 novembre 1751 à Saint-Savin de Poitiers, qui épousa, le 23 juillet 1777, en la même paroisse, Jacques Augustin de Seaux, maître apothicaire, fils d'Hilaire, bourgeois, et de feue Radégonde Picard. 3) Jean-Pierre, baptisé le 15 octobre 1752 à Saint-Savin de Poitiers. 4) Françoise Véronique Eulalie, baptisée le 19 janvier 1759 à Saint-Savin de Poitiers, qui y épousa, le 9 mars 1778, Jean Antoine Gérard, maître apothicaire, fils de Jean, procureur et notaire au baillage et siège présidial de Vesoul, et de Jeanne Françoise Coquard, sous la curatelle de Jean René Augustin Trichet, procureur au siège et cour présidial de Poitiers.
    GAURY (Étienne Juste), receveur des aides à la porte du Pont-Joubert, fut l'époux de Charlotte Aury, dont il eut : 1) Étienne, né vers 1776 et inhumé le 28 octobre 1777 à Sainte-Radégonde de Poitiers, à l'âge de 14 mois. 2) Hélène Sophie, baptisée le 12 septembre 1777 à Sainte-Radégonde de Poitiers. 3) Renée Adélaïde, baptisée le 16 octobre 1778 à Sainte-Radégonde de Poitiers.